Aucun réchauffement n’est observé depuis 5 ans

Par David Whitehouse du GWPF

(Traduction d’un article publié le 15 janvier)

Un article publié récemment sur ce site montrait qu’aucune évolution significatives des températures « globales » n’a été enregistrée depuis la COP21 de décembre 2015. Le texte ci-dessous est la traduction d’un article du GWPF (Global Warming Polycy Foundation) qui réagit aux communiqués de diverses agences (dont le UK Met Office, la NASA et la NOAA) classant l’année 2020 comme la 2ème année la plus chaude depuis le début des mesures. En s’appuyant sur les données fournies par la NOAA, l’auteur de l’article montre que les changements de température des 5 dernières années sont inférieurs au niveau d’incertitude des mesures.


La plupart des institutions pourvoyeuses de données de température ont classé l’année 2020 comme la 2ème année la plus chaude depuis le début des mesures, même si elle est statistiquement identique à 2016. L’Agence météorologique japonaise l’a considérée comme la troisième année la plus chaude de l’ère moderne. Ce qui est en jeu en réalité, c’est la mauvaise interprétation des statistiques utilisées en vue d’étayer une opinion préconçue.

Pour illustrer ce point de vue, il suffit simplement d’examiner les données de la NOAA qui montrent une anomalie de température pour 2020 de 0,98 +/- 0,15 ° C contre 1,00 +/- 0,15 ° C pour 2016 (année qui a connu le plus puissant El Niño jamais enregistré). La différence est insignifiante, d’autant que la précision de la moyenne est rapportée au millième de degré. Les données de la NOAA pour les années précédentes, font apparaître que depuis 2015 les variations d’une année sur l’autre se situent dans l’intervalle d’un écart type de la moyenne.

Une interprétation simple mais non biaisée des données conduit à l’allégation suivante : il n’y a pas eu de réchauffement significatif depuis 5 ans.

Cela est confirmé par les données de la NOAA, que l’on peut obtenir ici :

Source: Global Climate Series : NOAA (National Oceanic and Atmospheric Administration)

Ce diagramme à barres, offert « gracieusement » par la NOAA, montre que la température mondiale n’a pas varié au cours des cinq dernières années. 

Ces résultats de la NOAA sont également confirmées par les données du Met Office .

Source: Met Office, HadCRUT4 – 2015-2020

De plus, l’examen de la carte de la répartition géographique de la chaleur mondiale basée sur les données HadCRUT5 du UK Met Office (qui ont été publiées par la BBC), montre clairement que le réchauffement qui a été enregistré en 2020 n’était pas mondial mais régional, affectant principalement certaines parties de l’Arctique autour de la Sibérie.

Source Met Office (via la BBC)

Cette manière d’examiner les données d’observation permet de relativiser quelques uns des commentaires qui ont été faits :

« La chaleur exceptionnelle de 2020 se produit malgré un événement La Niña, qui produit un effet de refroidissement temporaire », a déclaré le Secrétaire général de l’OMM, le professeur Petteri Taalas.

« Il est remarquable que les températures en 2020 aient été pratiquement égales à celles de 2016, alors que avons assisté à l’un des événements El Niño les plus puissants jamais enregistrés. C’est une indication claire que le signal mondial du changement climatique induit par l’homme est désormais aussi puissant que la force de la nature. »

En fait, c’est tout le contraire dont il s’agit, comme je l’ai récemment indiqué dans cet article. Certains mois du début de l’année 2020 ont été affectés par les conditions d’El Niño, de façon très différente de ce que le Secrétaire général de l’OMM affirme.

Il est vrai que 2016 aurait été plus frais sans l’El Niño et 2020 plus chaud sans La Niña. Cependant, comme je l’ai souligné dans mon récent article, l’effet El Niño s’est étalé sur plusieurs années, ce qui rend hasardeux l’hypothèse du forçage par les gaz à effet de serre.

Il en est de même pour la déclaration à BBC News de Gavin Schmidt, directeur du Goddard Institute for Space Studies qui a déclaré : « Nous appuyons toujours plus fort sur le champignon du changement climatique. »

Comment cette prétendue accélération peut-elle rendre compte du fait que l’augmentation du CO2 atmosphérique entre 2015-2019 n’a eu aucun effet sur les températures mondiales, pas plus d’ailleurs que la baisse de 7% des émissions mondiales de CO2 observée en 2020 ?

La sujet des données de température moyenne annuelle mondiale est fascinant. Il peut être interprété de nombreuses manières différentes, selon que l’on examine les tendances à court ou à long terme en vue d’une meilleure compréhension d’un phénomène El Niño/La Niña en constante évolution.

Partager

12 réflexions au sujet de « Aucun réchauffement n’est observé depuis 5 ans »

  1. Pour paraphraser une vieille chanson de Bob Dylan, “the times they are a-changing“. La foutaise du changement climatique DeLaFotAlHom, pour réutiliser une formule de h16 sur Contrepoints, a de plus en plus de plomb dans l’aile. Les faits sont décidément têtus. Les publications se multiplient. Reste à convaincre le pekin lambda qu’ON se fiche de lui.

  2. Comme disait Desproges: “L’ennemi est bête : il croit que c’est nous l’ennemi alors que c’est lui !”

    En parallèle ==> les alarmistes sont bêtes: Ils croient que c’est nous les complotistes alors que c’est eux.

  3. Un hold-up du siècle bien habillé par des ignares en culture mais trop fort en communication et lobbying, avec des politiciens totalement asservis et gavés par le monde de la finance qui se gave et qui nous vole sous couvert de l’ONU et autres organismes inutiles.
    Pour faire simple et s’en convaincre pour le dire autour de soi de manière convaincante, écoutez l’expression d’un physicien qui “sait de quoi il parle”
    Allez directement à 23’30”. Bonne écoute
    https://www.sudradio.fr/emission/bercoff-dans-tous-ses-etats-399/

  4. Si l’on regarde les données satellitaires MSU de l’UAH pour la basse troposphère, la hausse entre fin 1980 et fin 2020, soit sur 40 ans, s’élève à la valeur vertigineuse de 0.17°C. Voila la vérité.
    Le reste, GISS, etc., ne sont que des séries fortement manipulées. Par exemple, les écarts entre les deux décennies suivantes, i;e. 1880-1890 et 1970-1980, ne cessent de croitre suite aux ajustements faits, ils démarrent à 0,35°C sur la Fig. 3 de Hansen et al. (1981) et depuis montent à plus de 1°C. Une honte.

    Hansen, J., et al., 1981. Climate Impact of Increasing Atmospheric Carbon Dioxide. Science, Vol. 213, Number 4511, p. 957-966, https://www.jstor.org/stable/1687038

  5. Un article de Scafetta (2021) sur le biais introduit dans la mesure du “réchauffement“ actuel par l’effet dôme thermique urbain, mais étudié à grande échelle : https://link.springer.com/content/pdf/10.1007/s00382-021-05626-x.pdf
    A éplucher. La littérature scientifique sur ce réchauffement actuel est en effet assez contradictoire. En fait, tout depend de où et comment cela est mesuré (simples thermomètres, satellites, cambrousse ou aires urbanisées).
    Quoi qu’il en soit, l’augmentation récente importante de la teneur en CO2 de l’atmosphère n’a toujours pas produit de réchauffement sensible (à supposer qu’il soit réel, cf. ci-dessus), donc le simple bon sens paysan veut qu’il n’ait pas de rôle climatique du tout. Quod gratis asseritur gratis negatur.

  6. Attention, la critique de cet article pour les réchauffistes est simple. Vous la trouverez là : https://www.facebook.com/groups/426526817556358/permalink/1534153476793681/?__cft__%5B0%5D=AZXypSErvTYOquUhOOAZDzMbdG3_dDJ5KwzNsw5WXohTMgtljXpO0RkWi5DtcYL4sssZroQIsCyabnqBxF3g9PYzcwFfBZDW1o2NP5hibG50-S0YPFVV1HmixEQpIW3lds5CmQ2os-dahEuUMV7w6xo9JCt6iXsZr9RWba3E4yRF_yuWENa-a4o9zuSAY3G2NzU&__tn__=%2CO%2CP-R
    Effectivement ils se la jouent facile. C’est une erreur à mon avis de seulement évoquer une tendance du climat sur 5 ans seulement. Que disons-nous quand ils évoquent une tendance à l’accélération sur quelques années? On leur rappelle que le climat c’est sur 30ans. Je pense qu’il ne faut pas les imiter et se contenter de parler de la tendance à 1.3°C par siècle depuis 40ans minimum.

    • Certes, l’image paraît terrible mais si on jette un coup d’oeil à l’échelle verticale, la pente dramatique depuis 1900 correspond à 1,2 degrés. 1,2 degrés de réchauffement moyen sur 120 ans ! Ah, ces effets d’échelle !
      Mais il est prévisible que le lecteur pressé, ou convaincu, n’ira pas voir ce détail.
      Quant à la validité de cette courbe…

      • Cet effet d’échelle est ridicule. Tout le monde en convient. Je dis qu’un titre “Aucun réchauffement n’est observé depuis 5 ans”, dessert notre cause car un réchauffiste le rend très facilement ridicule lui aussi.

        • Cette remarque me parait tout à fait exacte et importante, pour qui veut se battre sur le terrain de la comm
          Si les réchauffistes argumentaient sur le fait que “ca a encore super-augmenté ces 5 dernières années”, alors ce titre pourrait paraître approprié,
          mais de fait, quel intérêt de regarder sur 5 ans ? … il faut juste rappeler au début de l’article + à la fin également : “regarder sur 5 ans reste une stupidité”
          Surtout quand on voit ce que Scafetta nous explique sur les cycles combinés !

    • Cet article ne dit rien sur l’évolution du climat. Il pointe simplement l’inanité des classements “des années les plus chaudes”, alors qu’on le voit bien sur 5 ans, les variations d’une année sur l’autre sont dans l’épaisseur du trait des mesures

      • Ce n’est pas la meilleure réponse “aux années les plus chaudes”; La meilleure réponse à ça est d’admettre le réchauffement actuel comme factuel bien que léger, et ensuite de dire que quand on monte un escalier, même à très faible pente, la marche suivante est forcément plus haute que toutes celles d’avant.

  7. Quelle stupidité, cet article ! Comparer 2020 à 2016. Pauvres climato-irréalistes. Vous êtes vraiment à court d’arguments, c’est pathétique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

captcha