Bulletin des climato-réalistes n° 97

Toute l’équipe vous souhaite de bonnes fêtes de fin d’année et sera heureuse de vous retrouver en 2020

« Les choses se passent généralement en deux étapes : on commence par construire une représentation qui empêche d’accéder à une connaissance effective de la réalité ; puis cette représentation finit par se substituer à la réalité elle-même. Seul ce qui est imprimé dans le journal finit par être réel, mais perd aussi, du même coup, toute réalité véritable. »

(Jacques Bouveresse, Le philosophe et le réel, 1998, p. 28)

Citation extraite de la lettre d’information n° 12 de Jean-Claude Pont

LA THÉORIE DU RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE EST UN TOTALITARISME EN PUISSANCE 

Dans un essai de 2015, l’économiste Rémy Prud’homme expliquait comment la théorie du réchauffement climatique d’origine anthropique présentait tous les attributs d’une idéologie : une prémisse ( les rejets de gaz à effet de serre entraînent un dramatique réchauffement de la planète),  l’étatisme (la théorie  est adoptée par la plupart des États du monde développé et par « cet d’embryon d’État universel qu’est l’ONU »), la nécessité d’actions préventives  pour « sauver la planète », enfin le succès populaire, notamment chez les jeunes.

Loin de jouer son rôle de 4ème pouvoir la presse adhère massivement à la doxa. Le journal Les Echos vient d’illustrer de façon caricaturale cette adhésion inconditionnelle en prétendant fournir « 5 preuves que le dérèglement climatique est déjà là », soit-disant preuves, brillamment réfutées par Vincent Courtillot et Benoit Rittaud dans un article à lire ici.

Pire, le journal Le Monde érigé en « media indépendant » est chargé par certains réseaux sociaux de démêler le vrai du faux  via sa rubrique Les décodeurs de l’info . C’est ainsi qu’une publication relative au courrier signé par 500 scientifiques et professionnels adressé au secrétaire général des Nations unies s’est vu qualifiée de fausse information .

LE PACTE VERT UN ÉVÉNEMENT COMPARABLE AU « PREMIER PAS DE L’HOMME SUR LA LUNE »

La nouvelle présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a comparé son pacte vert au « premier pas de l’homme sur la lune ». Sauf que le programme « Apollo » de la Nasa a coûté entre 200 et 240 milliards de dollars actuels en treize ans. C’est donc un même ordre de grandeur que Madame von der Leyen se propose d’investir, mais tous les ans.

Le coût du pacte vert qui veut faire de l’Europe le premier continent au monde climatiquement neutre d’ici à 2050 est en effet astronomique. Cent milliards d’euros sur sept ans ont été mis dans la balance pour lever les réticences de la Pologne, de la République tchèque et de la Hongrie, auxquels s’ajoutent 1.000 milliards d’euros que la Banque Européenne d’investissements promet de mobiliser sur dix ans. De plus, reconnait la Commission européenne cela ne sera pas encore suffisant : Il faudra, pour atteindre l’objectif de neutralité carbone, au moins 260 milliards d’euros d’investissement supplémentaires par an d’ici à 2030 (soit environ 1,5 % du PIB de 2018) qui ne pourront provenir que des budgets nationaux.

De plus l’Europe entend imposer son modèle soit-disant vertueux au reste du monde par la mise en place d’un « mécanisme inclusif du carbone » (MIC), une sorte de taxe carbone aux frontières qui selon transitionsenergies.com a toutes les apparences d’une usine à gaz.

LA PLANIFICATION PLURIANNUELLE DE L’ÉNERGIE DOIT ÊTRE MODIFIÉE

La France qui n’est jamais en reste quand il s’agit de donner des leçons de  bonne conduite au monde entier, s’est engagée dans une ruineuse programmation pluriannuelle de l’énergie. Une commission d’enquête parlementaire présidée par le député Julien Aubert a chiffré le coût du seul soutien financier apporté par l’État aux éoliennes :

« Si la politique actuelle est maintenue, le montant du soutien financier apporté par l’État aux éoliennes sur la période 2011-2028 (de 72,7 à 90 milliards d’euros) sera supérieur au coût de construction initial de l’ensemble du parc nucléaire français établi en 2012 par la Cour des comptes (70 milliards d’euros valeur 2010 soit environ 80 milliards d’euros valeur 2019). »

François Gauchenot se demande si nos compatriotes seront toujours autant séduits par cette politique si les milliards d’argent public investis conduisent à un doublement, voire pire, du prix de l’énergie ? et cela pour une efficacité climatique à peu près nulle (la France rappelons le n’est responsable que de 0,9%  des émissions mondiales de gaz à effet de serre).

Sans compter les risques de pénurie : le 4 décembre 2019 à 19h, selon Rémy Prud’homme, nous avons dû importer de l’énergie et faire appel au centrales à charbon. ! Le gestionnaire du réseau à haute tension RTE  a prévenu que la sécurité de l’approvisionnement électrique de la France doit faire l’objet d’une « vigilance » en 2022-2023, avec notamment l’arrêt programmé des centrales à charbon et celui de la centrale Fessenheim en 2020. Au point qu’EDF envisage de faire fonctionner la centrale à charbon de Cordemais jusqu’en 2024.

LES YEUX DES HABITANTS DE LA PLANÈTE TERRE (OU DE LEURS REPRÉSENTANTS) VONT-ILS SE DÉSSILLER ?

Fin novembre ont été dévoilés le résultats d’une étude Ipsos initiée par EDF  menée dans 30 pays auprès de 25.000 personnes représentant 2/3 de la population mondiale . selon ce sondage, le changement climatique ne préoccupe que 40 % des personnes interrogées. Trente pour cent des participants à l’enquête n’identifient pas les émissions de gaz à effet de serre comme responsables du changement climatique et croient en un phénomène naturel.

Cela est cohérent avec un sondage réalisé en France par Opinion Way en mars 2019, qui montrait qu’un quart des Français ne croient pas au phénomène de réchauffement climatique. A noter, ce sont les sont les tranches d’âge 18-24 ans et  25-34 ans les plus sceptiques quant à la réalité du phénomène, avec respectivement 36 % et 28 % des sondés avouant ne pas croire au réchauffement climatique.

Autre signe encourageant : il s’est trouvé le 28 novembre 225 députés européens (sur 751)  pour rejeter  une motion des partis écologistes déclarant « l’urgence climatique ».


À LIRE : UN OUVRAGE DE SAMUEL FURFARI

L’urgence d’électrifier l’Afrique (aux éditions l’Harmattan)

L’utilisation de l’énergie a changé le monde. Pourtant ce changement, qui se répand largement en Asie, ne décolle pas en Afrique. Sans électricité bon marché et abondante en permanence, il n’y aura pas de développement en Afrique et encore moins de développement durable. Cet essai, basé sur une analyse factuelle, plaide pour une électrification urgente et massive de l’Afrique. Cela doit se faire comme nous l’avons fait en Europe, avec l’énergie bon marché et abondante : le charbon, le gaz et l’hydroélectricité. Ceux qui plaident pour d’autres solutions, que nous-mêmes ne parvenons pas à faire décoller malgré les milliards de subventions, trompent les Africains, et les maintiennent à l’écart du développement.


ADHÉREZ A L’ASSOCIATION DES CLIMATO-RÉALISTES

Remplissez le formulaire d’adhésion (téléchargeable ici) et renvoyez le avec votre chèque à l’adresse suivante :

Association des climato-réalistes
35 avenue de Breteuil
75007 Paris

Le montant de la cotisation est de 50€ pour une personne seule et 80€ pour un couple. 
Si vous préférez effectuer un règlement par virement, téléchargez ici le RIB de l’association (n’omettez pas dans ce cas de mentionner vos nom, prénom et adresse E-mail de façon que nous puissions vous identifier).

Vous pouvez également payer votre cotisation via paypal en cliquant sur le bouton suivant :

Type de cotisation

Partager

6 réflexions au sujet de « Bulletin des climato-réalistes n° 97 »

  1. Bonjour, sans rapport avec le bulletin, je suis à la recherche d’une traduction complète des mails du climatgate. Est que ça existe, je ne trouve que des extraits. Merci

  2. C’est vrai que l’Europe n’est pas assez désindustrialisée, il faut délocaliser les dernières industries qui restent en Asie! Les Chinois se frottent les mains devant tant d’imbécillité? Ce sont eux qui financent la propagande réchauffiste?

  3. idem commentaire que bruno Giovagnoli. je viens de régler mon adhésion par transfert bancaire et envoyer par la poste le bulletin d’adhésion imprimé (mon imprimante marche) puis envoyé par la poste. Je pense que vous auriez tout intérêt à mettre en place un système d’adhésion en ligne avec paiement immédiat de la cotisation par CB et sans forcément passer par paypal. Je suppose que vous devez perdre à l’heure actuelle de potentiels adhérents.
    sinon bravo pour votre travail.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *