Activisme climatique, fonds verts, l’ONU et Poutine

par Robert Girouard.

Récemment, deux jeunes femmes en apparence innocentes mais tout de même armées de boîtes de soupe aux tomates ont réussi à attirer l’attention du monde entier en attaquant le chef d’œuvre de Van Gogh intitulé Les Tournesols, heureusement protégé par une vitre. Bilan : aucun dommage substantiel, une petite nuit en prison pour les activistes mais des retombées médiatiques d’une valeur inestimable pour la cause climatique. Un coup de maître en matière d’activisme vert !

Les militantes en question agissaient au nom de Just Stop Oil, une coalition de groupes qui entend forcer le gouvernement de Sa Majesté Charles III à cesser de délivrer des permis pour tout nouveau projet pétrolier ou gazier. Des actions d’éclat quotidiennes sont notamment prévues pendant tout le mois d’octobre. Son site internet est clair : les énergies fossiles sont en train de nous tuer ! La solution est simple : mettre fin à notre dépendance aux énergies fossiles en misant sur les «renouvelables» et la «sobriété énergétique». Leur cause est donc « Just », comme celle, disent-ils, des suffragettes dans le passé, et du coup justifierait le recours à la « désobéissance civile ».

Selon The Guardian, Just Stop Oil a reçu un généreux don de 1,1 M$ de la part du Climate Emergency Fund (CEF), une fondation américaine qui se targue de « financer le bras perturbateur du mouvement de lutte au changement climatique » (funding the disruptive arm of the global climate movement). Fait à souligner, le CEF a été co-fondé par Aileen Getty, petite-fille du magnat du pétrole J Paul Getty : recherche-t-elle une rédemption pour son grand-père ? D’autres personnalités bien en vue, certaines issues de grandes familles américaines, figurent parmi les administrateurs et les donateurs. Le CEF jouit également de l’appui tacite du gouvernement puisque les contributions « charitables » au fonds donnent droit à des déductions d’impôt (Climate Emergency Fund provides a safe, legal, and tax deductible way to support the movement.)

Depuis sa création en 2019, le Climate Emergency Fund se vante d’avoir financé 91 groupes, formé 22 000 activistes du climat, mobilisé 1 million de militants… Il s’engage également à aider les braves activistes à se défendre contre le système judiciaire, le cas échéant.

De nombreuses autres fondations, ainsi qu’un nombre grandissant d’entreprises engagées dans le greenwashing, appuient financièrement le mouvement écologiste, et ce, depuis très longtemps, mais à ma connaissance, c’est la première fois qu’une organisation « charitable » appuie ouvertement et explicitement la  « désobéissance civile » pour faire avancer la cause suprême du climat. 

D’autre part, quelle ne fut pas ma surprise d’apercevoir, sur le site du Climate Emergency Fund, la bouille du Secrétaire général des Nations Unies Antonio Gutteres accompagnée de la citation suivante : « Les activistes du climat sont parfois présentés comme des radicaux dangereux. Mais les véritables radicaux dangereux sont les pays qui augmentent leur production d’énergies fossiles » ( Climate activists are sometimes depicted as dangerous radicals. But the truly dangerous radicals are the countries that are increasing the production of fossil fuels). 

Je ne suis pas en mesure de confirmer si cette citation est authentique ou non, mais vu la rhétorique outrancière de ce bon vieux Antonio, c’est extrêmement probable pour ne pas dire presque certain [ Note de la rédaction : C’est avéré ]. Aussi, n’est-il pas un fait que l’ONU entretient des relations étroites et complices avec de nombreuses ONG environnementales, ce depuis le Sommet de Rio en 1992. Son organisateur en chef Maurice Strong, plus tard fondateur du Programme des Nations unies pour l’environnement et aujourd’hui reconnu comme le père de l’alarmisme climatique, a été le premier à avoir compris tout l’intérêt stratégique de s’allier avec les Greenpeace de ce monde. Parions qu’Antonio connaît lui aussi l’avantage d’avoir les activistes dans sa main, lui qui a notamment donné la parole à Greta Thunberg devant l’Assemblée générale des Nations Unies. 

Or, toute personne le moindrement responsable devrait savoir que l’activisme n’est jamais très éloigné du fanatisme, et la « désobéissance civile », du terrorisme. Déjà, des fanatiques s’évertuent à dégonfler les pneus des VUS ou à péter les vitrines des boucheries, tandis que d’autres évoquent la possibilité de faire sauter des pipelines. Qu’on se le dise, encourager l’activisme perturbateur et la « désobéissance civile » est répréhensible, surtout quand on est investi d’une autorité morale aussi puissante que celle du Secrétaire général des Nations unies.

Bref, non seulement l’hystérie climatique se poursuit de plus belle, même si le réchauffement est en pause depuis 20 ans, mais une escalade est amorcée. Le pire est à venir, je le crains. Quelle drôle d’époque vivons-nous, alors même que Poutine menace de faire sauter la planète avec ses bombes nucléaires ? Mais, voyons, Poutine est beaucoup plus rusé que cela et sait qu’il n’a pas besoin de recourir à des moyens aussi extrêmes pour détruire la civilisation occidentale : l’Occident s’en occupe lui-même. Le régime russe peut en effet se contenter d’appuyer les partis politiques qui rejoignent ses intérêts et de financer des organisations environnementales, allemandes entre autres, qui luttent contre le nucléaire et le fracking et qui perturbent la démocratie. 

Se pourrait-il alors que les activistes du climat, les fonds verts qui les financent, l’ONU qui les cautionne, et Poutine qui en rajoute, poursuivent tous le même but ? Qu’en pensez-vous ?

Partager

28 réflexions au sujet de « Activisme climatique, fonds verts, l’ONU et Poutine »

  1. Le Grand Effondrement est bien amorcé.
    Tous les gens encore lucides doivent se préparer au mieux pour l’affronter.
    Tous les autres, tous les activistes, les fanatiques, les hystériques, les naïfs, et bien tant pis pour eux.

    Un seul espoir: que la Nature remette les pendules à l’heure. Mais il est peut-être déjà trop tard.

    Craponnez-vous, ça va secouer.

    • Quand il s’agit de désobéissance civique contre l’immigration, Police et surtout Justice déchaînent une rigueur implacable.
      Tandis que la désobéissance civique à visées climatiques est considérée par les mêmes d’un oeil débonnaire et avec mansuétude: Un simple rappel à la Loi suffira…

      • Notons que l’ONG SOS Méditerranée, qui amène illégalement ses bateaux de migrants en France, est légalement subventionnée par un grand nombre de collectivités territoriales françaises, c’est à dire par nos impôts, ce qui est quand même parfaitement inouï !

        • Notons aussi que les militants de l’écolobobogauchosphère si impatients d’importer en France toute la misère mondiale ne vous diront jamais que la venue en France de centaines de milliers de migrants chaque année contribue au réchauffement climatique.
          En effet, la plupart d’entre eux qui ont une empreinte carbone voisine de zéro dans leurs pays d’origine, viennent en France dans le but d’y trouver un standard de vie proche de celui du français moyen (boulot, voiture, appart’ tout confort, Ioisirs et vacances par avion au pays tous les ans, etc…) dont l’empreinte carbone élevée est dénoncée comme scandaleusement élevée par ces mêmes militants, faisant ainsi mécaniquement augmenter les émissions de CO2 de la France !

        • Pas que. Suivez la piste de l’argent.

          SOS Méditerranée, qu’est-ce que c’est ? (https://sosmediterranee.fr/partenaires-et-mecenes/)

          Parmi les fondations & associations partenaires, la Fondation AVAAZ.

          La Fondation AVAAZ, qu’est-ce que c’est ?

          Entre 2007 et 2009, Avaaz a été financée en partie par le milliardaire George Soros, via MoveOn par le Soros Open Society Institute (Open Society Foundations).

          L’influence des fondateurs d’Avaaz sur les campagnes est aussi mise en cause en raison de leur grande proximité avec le gouvernement américain et le Parti Démocrate : ses fondateurs sont notamment Ricken Patel, le diplomate britannique et conseiller du Département d’État américain, Tom Pravda et Tom Perriello. Ce dernier est un politicien catholique américain membre du Parti démocrate, défenseur de la guerre contre le terrorisme, de l’interventionnisme militaire en Afghanistan, de la présence américaine en Irak ou au Pakistan… (Source : Wikipédia.org)

  2. PLUS C’EST GROS MIEUX CA PASSE:
    Lu aujourd’hui dans un média belge cette absurdité:
    “La banquise va disparaitre, entrainer une montée du niveau de la mer de 3 mètres et il n’y a déjà plus rien à faire pour y remédier”
    https://fr.businessam.be/la-banquise-va-disparaitre-niveau-de-la-mer-3-metres/
    Un seul commentaire sur dix notait que la fusion de la glace de mer se fait sans élévation du niveau marin. Tous les autres ont avalé le python.

  3. Plusieurs fois que je lis ici des critiques à l’égard de Poutine.

    Dommage, je vous pensais plus formés que ça. Comme quoi, on peut être lucides sur un sujet (le climat), et être complètement à la ramasse sur un autre (la geopolitique internationale).

    Poutine n’a aucune volonté d’utiliser l’arme atomique ni de détruire qui que ce soit. Il défend juste un peuple menacé de génocide et se tient en leader de la deuxième grande décolonisation mondiale (décolonisation américaine), ce qu’il appelle la multipolarité. Tout individu raisonnable et humaniste doit se tenir derrière la lutte que mène Poutine contre l’empire.

    Une petite synthèse nécessaire pour vous visiblement:

    https://soundcloud.com/le-pied-a-papineau/ukraine-lavenir-du-capitalisme-mondialise-est-en-jeu-entrevue-avec-samir-saul

    • Bravo! On voit l’homme qui maîtrise la “géopolitique internationale” (au passage, peut-être un peu redondant et tautologique, mais enfin, quand on est “lucide”…)
      D’ailleurs, en 38, vos homologues avaient bien vu que la véritable nature du cher Adolf était l’amour de la paix et la bienveillance, de même pour l’oncle Joseph, puis, en 68, pour le frère Mao. Tous ces gens-là voulaient notre bien et nous ne l’avions pas vu. On comprend qu”ils aient dû utiliser des arguments plus convaincants. Mais enfin, on ne fait pas d’omelette….
      Je n’ai hélas pas perçu la moindre ironie dans vos propos,mais peut-être y en a-t-il un peu dans ma réponse.

      • Je vois plutôt dans la réponse un rééquilibrage dans la manière de voir les choses…
        Il est TOUJOURS bon d’avoir un avis différent sur une question donnée…
        N’est-ce pas le but du site?
        On sent bien chez vous le mépris pour tout ce qui n’épouse pas votre point de vue…
        Un peu comme ces élites autoproclamées qui dirigent le monde et l’amène là où on en est!

      • L’alarmisme climatique rejoint l’alarmisme russe, ou poutinien, en ceci qu’il est complétement irrationnel. Maintenant en comparant le de Gaulle russe à Adolf Hitler on atteint des sommets vertigineux que seuls peuvent atteindre les fanatiques endoctrinés.

    • La principale critique que j’adresserai à Poutine, c’est d’être parvenu à se maintenir aussi longtemps au pouvoir. En général, c’est pas bon signe, et c’est rarement compatible avec l’intérêt général d’un peuple “qui serait menacé de génocide”, la belle affaire. La “Lutte contre l’Empire” n’est-elle juste une “divine mission” pour se maintenir, lui, au pouvoir éternellement en se croyant, sans doute très sincèrement, indispensable, comme tous ces gens qui occupent tant de cimetières ?

    • Comment imaginer qu’un ancien employé aux basses oeuvres du KGB, assassinats ciblés et tortures entre autres joyeusetés, qui a savamment “joué des coudes” pour prendre le pouvoir en Russie et truffé la politique et les administrations russes de plus de 6000 de ses anciens collègues parmi lesquels moult psychopathes de son niveau, puisse cadrer avec Ia description idyllique que vous en faites. Ce type, outre sa nullité en tant que stratège dont nous observons les brillants effets en ce moment, n’a pas hésité à bombarder les populations civiles d’Ukraine en visant les centrales électriques, obligeant ainsi des millions de civils ukrainiens à un hiver rigoureux dans le froid et la pénurie.
      J’estime en outre que la teneur de votre commentaire, pas plus que le mien, n’a sa place dans cette discussion et qu’il n’aurait pas dû être accepté par la modération.

      • Et comment croyez-vous donc que les dirigeants de nos belles démocraties sont arrivés là où on les a placés?
        La naïveté est une belle chose… jusqu’à peu près 10-12 ans!

      • L’occident qui a bombardé et détruit successivement la Serbie, l’Afghanistan, l’Irak, la Libye et la Syrie n’a pas de leçon à donner à l’ours russe qui ne fait que défendre sa tanière et empêcher le déploiement de missiles nucléaires à quelques encablures de sa capitale.
        Ce qui est reproché à Poutine est le fait qu’il ne fait pas le jeu des mafieux l’ayant installé au pouvoir mais celui du peuple russe, la mafia globaliste ne lui pardonne pas cette traitrise et du coup le font passer pour le diable personnifié à travers leurs média menteurs.
        L’Ukraine est en guerre civile depuis 2014. Dans cette guerre interne Poutine a pris parti pour les ukrainiens qui parlent russe et régissent leurs républiques autoproclamées de façon très sociale, l’Otan et l’occident ont pris parti pour une mafia russophobe s’appuyant sur des milices nazies et prenant leurs ressortissants pour de la simple chair à canon.

  4. Poutine ne veut pas qu’on l’enquiquine avec le réchauffement climatique, ni le wokisme, et que les Américains s’installent à ses frontières avec leurs gros sabots. Il voit bien que l’Europe est une pétaudière, et il ne veut pas de ça en Russie. Les Russes non plus, probablement.

    Une fois qu’on a compris ça…

  5. Oui, vraiment très curieux cette association contre-nature entre ces milliards distribués par des fonds écolos financés par des milieux aisés et ces gauchos activistes “décroissants”, vraiment très étrange…
    Sans vouloir faire de “complotisme” (mais les “complots” existent bien toujours, et la plus grande force du diable n’a-t-elle pas été de faire croire qu’il n’existait pas, comme le disait Baudelaire qui n’était pas un naïf, et puis mieux vaut être “com-plo-tiste” que “con-tout-court”, n’est-ce pas ?), il reste inexplicable que toute l’industrie pétrolière, automobile, aéronautique etc. accepte de se faire tondre de la sorte sans réagir, avec l’appui et l’encouragement des politiques à la pointe du combat et qui écoutent les balivernes de la “bienheureuse” Greta (à tous les sens du terme) et autres énergumènes ejusdem farinae, sans qu’il y ait là quelque intérêt politique, économique ou en espèces sonnantes et trébuchantes : is fecit cui prodest !
    Je pose la question : on voit des pétroliers (Maurice Strong en était un, vous parlez de “grandes familles américaines” liées plus ou moins de loin aux milieux pétroliers, et voilà que Total aussi se verdit, quelle farce !), des fonds d’investissement, une économie et une fiscalité de très riches (les pubs pour promouvoir les véhicules électriques sont à mourir de rire : que des “villas-piscines” en fond d’écran !) finançant et menant un combat au côté de gauchos chevelus écolos et autres intellos universitaires citadins (suivez mon regard) qui ne connaissent rien à Dame Nature dont ils ne se soucient guère, tout cela pour “sauver la planète” en tuant les pauvres gens et l’Occident (essentiellement l’Europe néanmoins), avec une rapidité et dans une unanimité médiatico-politique jamais vues, à coup de matraquage télévisuel et de propagande éhontée (ça me rappelle un peu la campagne de vaccination) !?
    Je veux bien croire qu’Internet et les “zéros sociaux” ont décuplé les comportements grégaires et le mimétisme tous azimuts dans un abrutissement généralisé, mais tout de même !
    Je n’y crois pas…
    Mais je vous laisse apporter vous-même vos propres réponses à la question… bien que j’aie la mienne !

    • Bonjour,

      il s’agit tout simplement d’intérêts financiers… Deuxième moteur du monde après le sexe.

      La plus part des entreprises ont vu, à partir des années 2000, dans la décarbonation un excellent moyen de faire des affaires, amenant ainsi tout à chacun à racheter des objets (voiture, TV, mais, réfrigérateur, …) dont il disposait déjà, mais dans leur version “zero carbon”…

      D’un côté des taxes, de l’autre une relance du marché. Le jeu en vaut la chandelle que si le premier est inférieur aux gains du second, ce qui s’avère être le cas…. VW a vendu des millions de voitures sur l’argument du faible rejet de C02, ils ont même étaient jusqu’à tricher pour cela. Résultat, l’amende qui leur a été finalement infligée s’avère être plus de 50 fois inférieur aux gains 🙂

      S’il faut être “vert” pour vendre, alors toutes les entreprises feront du vert. Cela a t il du sens pour elles ? Peu importe… Quand demain le CO2 sera de nouveau innocent, alors, nous verrons tous les industries se vanter de produire du CO2 participant ainsi à la croissance des plantes…

      • Bonjour,
        Ça, effectivement, c’est pour le volet économique de la question, qui concerne les États et les entreprises et que vous avez très bien résumé.
        Encore que l’on peut se demander à qui l’on vendra nos voitures électriques : aux Africains et aux Asiatiques qui n’ont pas d’électricité quand on va en manquer nous-mêmes ?
        Mais derrière cela se profile le volet politique , à mon avis beaucoup plus important et décisif, dont l’Europe va surtout faire les frais : les Américains, eux, ne vont pas arrêter la production de moteurs thermiques après 2035, pas si folle la guêpe !
        Il y a le fric, le sexe, et au-dessus de cela, lié à cela mais le gouvernant comme une divinité infernale au fond de la cella, il y a le Pouvoir, la volonté de puissance, de gouvernance mondiale via l’ONU notamment, en détruisant les (vieux) États apparus en Europe au XVIe siècle, mais je crois que vous abordez cela plus bas…

  6. Oui, ces actions de “Just stop oil” sont parfaitement débiles, je suis bien d’accord avec le reste de la joyeuse troupe ici (mais sur ce point seulement… l’adoration des dictateurs et la croyance aux pseudo-sciences, je les laisse volontiers aux autres).

  7. A la strate supérieure : https://equationcampaign.org/funders/ où l´on retrouve en plus de l´Open society et Rockefeller, les mêmes fondateurs que le Climate Emergency Fund. Aileen Getty, qui a créé le Climate Emergency Fund avec Trevor Nelson, précédemment directeur du groupe de santé “Global Business Coalition”, payé par Bill Gates, George Soros et Ted Turner.
    https://www.climateemergencyfund.org/press/chronicle-of-philanthropy/2019-07-12

    Les objectifs sont écrits noir sur blanc : La campagne Equation soutient des stratégies et des initiatives qui perturbent le pouvoir de l’industrie pétrolière et gazière et renforcent le pouvoir des mouvements et des personnes en première ligne. Pour ce faire, nous utilisons les leviers mêmes qui ont donné à l’industrie son influence sans précédent : la finance, les médias, le droit et la politique.

  8. Rappelons que le Réseau 22, qui regroupe nombre d’associations de financement et d’activisme climatique, écrit sur son site : “Nous sommes la dernière génération de l’ancien monde. Nous sommes ici aujourd’hui pour dire que nous allons créer un monde nouveau. […] Nous sommes ici pour atteindre le changement qui est nécessaire pour que cela se produise. Nous sommes ici pour forcer les gouvernements à réduire les émissions de carbone. Nous sommes ici pour l’action, pas pour les mots. Nous avons un plan. ”

    Cela n’est pas sans rappeler certains discours de Robespierre, Danton, Lénine, Staline, ou Hitler. Toujours Cette farouche volonté de créer un nouveau monde, d’appliquer un plan, de regénérer la société…

    Hier ils haranguaient les damnés de la Terre, aujourd’hui il s’agi de décarboner… Mais, l’objectif est toujours le même…

    • Voilà, nous y sommes ! Et vous oubliez les Talibans dans la liste, qui eux aussi mènent des actions iconoclastes pour faire parler d’eux, comme nos jeunes chevelus barbares écologistes qui doivent lutter contre la peinture… à l’huile des vieux Maîtres de l’art, je pense !
      Les (vieux) États se croient gagnants d’un point de vue économique en soutenant le combat écologiste (qui n’est pas écologique) mais en fait ils perdent en le faisant toute souveraineté politique qui est au fondement de leur existence : ils n’ont d’ailleurs déjà plus le choix et c’est pourquoi ils “verdissent” tout par pure démagogie !
      Que vaut l’autonomie énergétique s’il n’y a plus de souveraineté politique, si l’on est prisonnier d’un chantage à la violence que l’on ne maîtrise déjà plus et qui vous dicte vos choix dans une sorte de course en avant qui vous mène droit au précipice ?

  9. À la lecture de plusieurs commentaires, on comprend que la propagande américaine relayée par tous nos médias usuels a encore de bezux jiurs devant elle et ceci malgré tous les moyens d’information alternatifs qui ont vu le jour ces dernières annéès, principalement depuis l’apparition de cette fameuse pandémie.
    Ne pas se rendre compte que gouverner de manière souveraine un pays de plus de 17 millions de km2 qui plus est, aux richesses énergétiques objet de toutes les convoitises, implique l’application d’un système fort sous la conduite de personnalités aguerries est somme toute naïf et quasi pitoyable. Decidément, la crédulité, le manque de réflexion et dans une certaine mesure l’infifférence du grand nombre laissent les portes grande-ouvertes à la manipulation des vrais prédateurs qui se cachent derrière ces hommes et femmes de paille qui par appât d’un piuvoir même factice, se sont mis moyennant de gros avantages, grâcieusement à leur service pour 2 fois 4 ou 5 ans selon la loi constituyionnelle des différents pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

captcha