À propos de la condamnation de l’État pour « carences fautives »

Communiqué de l’Association des Climato-Réalistes

Paris le 3 février 2021

Aujourd’hui même, le tribunal administratif de Paris a jugé l’État coupable de « carences fautives » en matière de lutte contre le réchauffement climatique et l’a condamné à verser un euro symbolique à quatre ONG.

 La France n’est pourtant responsable que de 0,9 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre. Depuis des années, notre pays se classe même en excellente position au classement de l’université de Yale des pays environnementalement les plus vertueux. Un pays qui donne ainsi l’exemple ne devrait pas se voir ainsi condamné.

Ce coup d’éclat n’est que le dernier d’une longue série d’actions cherchant à instrumentaliser la justice. On se souvient par exemple de l’acquittement des « décrocheurs » du portrait du Président de la République par un tribunal de Lyon (avant que la cour d’appel ne revienne heureusement sur ce jugement).

L’Association des climato-réalistes exprime son inquiétude sur les dérives de cette judiciarisation du débat sur le réchauffement climatique, qui s’accompagne d’une volonté de restriction des libertés publiques de la part des associations les plus radicales. Elle souhaite que ce jugement fasse l’objet d’un appel et se tient disposée à soutenir toute démarche en ce sens

Partager

2 réflexions au sujet de « À propos de la condamnation de l’État pour « carences fautives » »

  1. Les associations plaignantes n’ont subi aucun préjudice. Même dans l’avenir, il y a de très bonnes chances que le réchauffement (pourvu qu’il persiste et qu’on ne revienne pas au petit âge glaciaire) reste globalement bénéfique pour l’ensemble des pays du monde et la France en particulier.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

captcha