Contre le « plan d’action » de réduction de 50% des émissions en 2030

Communiqué

Paris, 23 mai 2023

Lundi, la première ministre Élisabeth Borne a annoncé le « plan d’action » du Gouvernement pour réduire de 50% les émissions françaises de gaz à effet de serre d’ici 2030 par rapport à 1990. Ce plan implique de mobiliser 70 milliards d’euros par an, soit environ 400 milliards jusqu’en 2030, ou encore 20 fois le gain estimé de la réforme des retraites. Il aura pour effet d’affaiblir la compétitivité de nos entreprises, de peser sur le pouvoir d’achat des ménages, et d’affaiblir les services rendus par les collectivités locales. En revanche il n’aura aucun effet mesurable sur le climat. Il n’aura pas non plus un quelconque effet d’entraînement sur les autres pays, la France étant déjà, et depuis longtemps, l’un des pays les plus vertueux du monde sur le plan de l’environnement.

Ce nouveau « plan d’action » n’est donc rien de plus qu’une balle que le Gouvernement s’apprête à tirer dans le pied de notre pays. L’Association des Climato-Réalistes appelle donc à son retrait, et demande à nos élus de manifester leur opposition la plus vive à un projet régressif qui ne peut que nous conduire sur la voie du déclin sans aucun bénéfice environnemental.

Partager

39 réflexions au sujet de « Contre le « plan d’action » de réduction de 50% des émissions en 2030 »

    • @ JP.Rougier
      Vous faites erreur: Le coût de la transition vers l’obligation climatique du “net zéro” des seuls pays occidentaux peut être désormais estimé à au moins une centaine de TRILLIONS d’€, puisque l’adjoint du Secrétariat à l’Energie américain l’a admis, mezza voce, à USD 50 TRILLIONS rien que pour les USA en séance publique au Sénat. L’inconnue demeure à cet égard pour ce qui concerne les intentions de la majeure partie du reste de la planète, dont la Chine et l’Inde ne sont pas les moindres.
      Il est évident que cette course à l’échalotte climatique va probablement décupler les besoins actuels en beaucoup de matières premières comme le cuivre, le lithium, le cobalt, le manganèse etc… , y compris les hydrocarbures fossiles pour la synthèse des plastiques.
      Pour une fois ce n’est pas le capitalisme qui aura déclenché cette folie, mais l’écolosphère mondialiste nettement à gauche, menée par l’IPCC, une émanation de l’ONU actuellement dirigée par un socialiste Mr A. Guterres.

  1. Autant de choses fausses en si peu de lignes. Comment vous faites ?

    Allez, j’en ai noté 5 :

    1. Dans votre “20 fois”: Vous comparez un chiffre annuel (retraites) à un cout total sur 6-7 ans. C’est malhonnête de votre part (mais on a l’habitude).

    2. Baisser leurs émissions de GES et donc leur dépendance aux énergies fossiles, ça ne dégrade pas mais ça améliore la compétitivité des entreprises.
    Après ce qu’il s’est passé cet hiver, vous n’avez pas encore compris ça…Faudra vous décider à sortir la tête du sable et réfléchir un peu,…

    3. De même, ça ne va pas “peser” mais ça va plutôt améliorer le pouvoir d’achat des ménages qui vont baisser ou limiter la hausse de leurs factures énergétiques.
    Même remarque que ci-dessus: Vous n’avez rien compris à ce qu’il s’est passé cet hiver.

    4. Baisser les émissions à évidemment un effet sur le climat, comme l’a chaque tonne de GES non émises.

    5. La France n’est pas l’un des pays les plus vertueux du monde sur le plan de l’environnement. Du point de vue des émissions de CO2, on est dans la moyenne.

    • Il faut quand même être sacrément gonflé pour oser parler de baisser sa facture énergétique, mais a priori vous avez tout compris mieu que les autres.
      Ce plan est politique et tant qu’ on aura pas compris qu’ il serait temps de laisser parler les professionnels et arrêter de nos parler de réchauffement a tout bout de champs. Vu sur France 3 , si il fait froid c est a cause du réchauffement, celle la il fallait quand même oser.
      Maintenant on s en prend aux éleveurs à l instar des pays bas et au moment où l europe signé des contrats pour importer de la viande bovine de nouvelle Zélande, c est ballot .
      Bref libre à vous de croire que cet argent qui va essentiellement partir dans des cabinets de conseil va résoudre le problème de l environnement, mais je viens de découvrir une usine de traitement de piles qui plutôt que faire du traitement enfouissait des containers de piles. Usine financée par de l argent public, responsable proche d u e ancienne ministre qui ont files a st barth, aucune illusion sur la suite judiciaire de cette affaire. Bref des sols pollués , de l eau polluée, mais bon c est pas du carbonne donc c est pas de l environnemdnt

    • @ Brionne, la France est endettée à hauteur de 3000 milliards d’euros, le plan de transition énergétique est estimé à environ 70 milliards d’euros annuels par an prévu pour les 7 prochaines années. Le tout financé par la dette, et donc au détriment du niveau de vie général. Dans un contexte d’inflation et de surendettement que vous trouviez ceci positif en dit long sur votre connaissance de l’économie. Sur le plan scientifique démontrez nous ce en quoi chaque tonne de co2 non émise va agir sur le climat, j’attends depuis longtemps cette démonstration pour enfin rejoindre la secte des réchauffistes.

      • @Taylor et olivier
        Brionne , qui brille par son incompétence a été mandaté par Macronne et Bruonne Maire pour nous remettre dans le droit sentier

      • @taylor
        Euh… 70 milliards d’€ /an pendant les 7 prochaines années pour atteindre SEULEMENT une réduction de 50% de nos émissions de CO2, ce qui devrait logiquement bien plus que doubler ce montant pour les 50% restants, les ultimes molécules de CO2 émises étant asymptotiquement les plus difficiles et les plus coûteuses à traquer et à supprimer définitivement.
        Disons, deux trillions pour le net zéro français et on se rapprochera de la vérité.

        • @ Jack, les 70 milliards en question sont ceux qui ont été estimés à la demande du premier ministre. Il est évident que le montant pour decarboner notre économie (si réaliste) serait nettement supérieur. Mais vous savez comme moi que ces projets gouvernementaux ne sont que des gadgets poussés à fin de communication. Comme pour le Covid des sommes invraisemblables vont être gaspillées pour des lubies démagogiques. Les mêmes causes, mêmes effets, même équipe, mêmes réflexes.

    • @Brionne
      Si vous lisez mon commentaire ci-dessus, je parle bien d’un COUT estimé de $ 50 Trillions du “Net Zéro” rien que pour les US. Ce COUT il faudra bien que quelqu’un LE PAIE, a moins que vous ayez des dons de prestidigitation pour le sortir d’un chapeau;
      Cela fait environ $ 175000 par habitant. Je sens que vous avez une position sociale suffisamment aisée pour disposer d’un tel montant, mais ce n’est pas le cas de tous les américains et a fortiori des français…

    • @Brionne

      Il s’est passé quoi, cet hiver ?
      -49°C à Iakoutsk au mois de janvier en Sibérie Centrale ? Le blizzard à -30°C en Amérique du Nord (49 morts) ?
      Bien sûr, c’est à cause du réchauffement. Vous, vous avez tout compris, et nous, nous sommes des idiots.

      A moins que… ? 😉

      • C’est avec ce genre d’argumentation que vous convainquez les climato alarmistes de votre absolue incompétence climatique…essayez quand même de vous mettre à niveau…

    • 3. Ce qu’il s’est passé cet hiver c’est qu’on a eu un hiver doux, donc les gens n’ont pas eu trop de soucis pour baisser leur facture de chauffage.
      Attendez le retour d’un hiver froid, ça ça va revenir, j’ai aucun doute là-dessus, et ce sera une autre limonade.

      4. Rien ne le prouve.
      Et si la proportion de la hausse (les chinois ont émis en 1 trimestre ce que la France émet en 1 an) est supérieure à ce la baisse, expliquez moi comment ça peut avoir un effet puisque les émissions de CO2 continueront d’augmenter, si tant est que le CO2 influence le climat.

      5. http://www.globalcarbonatlas.org/fr/CO2-emissions (21e)

  2. Malheureusement le GIEC qui depuis sa création à pour seul but de faire croire aux peuples qu’ils sont responsables de l’augmentation du CO2, n’est pas près de retourner sa veste.

  3. La démonstration est évidente. Il suffit de comprendre quelques principes élémentaires de physique. Si vous ne comprenez, pas c’est que votre culture scientifique de base est nullissime.
    Postez un message sur le groupe FB de l’ACR, je vous la ferai la démonstration. Mais je sais comment ça va se finir, car à chaque fois que j’explique ces évidences à un idiot du village climato-septique (sans c), il se barre en courant au bout de 2 minutes.

    D’ailleurs, vous, les climato-septiques (sans c), démontrez une nouvelle fois que vous ne savez pas compter: 70 milliards ce n’est pas “20 fois” le gain estimé de la réforme des retraites comme l’affirme le communiqué; 70 divisés par 20, ça fait 3.5….

    Bossez un peu les enfants, vous êtes ridicules;

    • @Brionne

      Oui, vous avez entièrement raison, des principes élémentaires… et même très, très élémentaires.
      Si élémentaires que même les journaleux et les politiciens les plus incultes comprennent (peut-être), et surtout, répètent comme des perroquets.

      Le problème, c’est que la machinerie climatique de la planète n’a rien d’élémentaire. Et sa complexité nous échappe à tous, vous y compris… On a déjà du mal à prévoir de façon fiable la météo au-delà de 48 heures, même avec l’aide des plus puissants supercalculateurs.
      Prévoir le climat dans 30, 50, ou 80 ans… et pourquoi pas le temps qu’il fera le 24 mai 2123 ?

      Inutille de vous étrangler, il n’y a pas confusion de ma part entre climat et météo, même si l’un conditionne l’autre. Juste une mise en regard de deux propositions aussi absurdes l’une que l’autre.

      Vous êtes manifestement un militant écologiste bien prétentieux, et fort méprisant.
      Si ils sont tous comme vous, elle n’est pas sortie de l’auberge, notre planète… Et nous non plus.
      Mais merci à vous, tout de même, pour votre éclairage fort instructif sur la pensée écologiste.

      • @ohmdeboi
        “Ne pas confondre météo et climat”… ou la réponse des ânes aux mulets.
        L’humilité et la prudence des météorologues à prévoir le temps 3 jours à l’avance n’ont d’égales que l’arrogance et la prétention de certains “experts” autoproclamés, rarement climatologues, à nous prédire l’apocalypse climatique. En effet les premiers se font régulièrement brocarder quand par hasard ils se fourvoient dans l’évolution réelle des conditions météo, tandis que les seconds auront tous disparu quand leurs prophéties de malheur de fin du siècle s’avéreront fausses: Ils ne prennent donc pas beaucoup de risques et personne ne viendra leur demander des comptes !

    • @Brionne
      Je vous conseillerais plutôt de contacter le Pr François Gervais, ex-relecteur du GIEC, et à coup sûr infiniment plus qualifié que vous en physique de l’atmosphère pour vous démontrer, en une minute chrono en main, que c’est vous qui “êtes ridicule” par la suffisance et la prétention de vos commentaires, inédites jusqu’ici parmi les commentaires, en général mesurés, des climato-réalistes.

      • Gervais ne connait rien à la physique de l’atmosphère. Il s’est ridiculisé maintes fois. C’est un escroc qui vend ses bouquins débiles à des gogos. Ses inepties ont été débunkées des dizaines de fois.

        • @Brionne
          Votre insistance à nous confirmer la validité des deux dernières lignes de mon précédent commentaire est proprement sidérante. Elle tient du comique de répétition dans une mauvaise pièce de boulevard.

    • @ brionne, insulter les contradicteurs est un réflexe classique chez les réchauffistes. Mais ce n’est pas un argumentw Je suis un climato-réaliste, pas par caprice ou bêtise mais par constat, parce que ce sujet m’interpelle et que par ma formation quand je m’intéresse à un sujet je le creuse. Les facilités ou simplifications des climato paniqués me fatiguent. Vous écrivez que réduire de quelques tonnes de co2 va impacter le climat, de qui vous moquez vous? Le stock atmosphérique de co2 est d’environ 3250 gt, le flux annuel net d’environ 18 gt, la France ne contribue qu’à peine 1% des émissions anthropiques, les pays en développement construisent des centrales à charbon et au gaz à la chaîne, la population mondiale atteint les 8 milliards d’individus ce qui est appel massif aux énergies bon marché. Donc premier constat les émissions de co2 ne vont pas baisser, sauf peut-être chez nous ou le niveau de bêtise atteint des sommets. Second constat le co2 sature, j’ai lu des quantités de travaux scientifiques sur la thermodynamique, le moins que l’on puissent dire c’est que les avis divergent, et je ne parle là que des travaux des climato convaincus. Mais une chose paraît à peu près certaine, personne n’a la moindre idée de ce qui se produirait en cas de doublement du stock de co2 atmosphérique. (Pas d’impact, ou 1, 2, 3, 4 degrés en plus et encore si tous les autres paramètres restent par égaux par ailleurs, et puis il y a les nuages leur rôle est ennuyeux, etc… ). Et ce n’est certainement pas les outils de projections qui apporteront quelques certitudes, ces modèles chargent les mêmes données d’entrées et produisent des résultats différents voire loufoques. Et c’est avec ce bazar invraisemblable que des décideurs vont décider de bousiller notre économie. Pour ce qui est du poste d’idiot du village je vous laisse postuler, vous m’avez l’air prometteur. Et allez faire vos commentaires dans la presse mainstream vous ne dénoterez pas.

    • Franchement, j’aimerais que la démonstration soit évidente, mais je ne l’ai pas encore trouvée.
      Il semble y avoir un consensus sur les points suivants :
      – la température moyenne du globe a augmenté d,environ 1.2°c depuis 1850.
      – les gaz à effet de serre (dont H2O, CO2, CH4) sont opaques pour les infrarouges rayonnés par la terre à certaines fréquences.

      Ces molécules se réchaufferaient et empêcheraient l’énergie d’être évacuée vers l’espace. Il y a déjà à ce stade certaines divergences sur ce qui se passe : compétition entre les phénomènes de convection et de radiation, ayant des implications différentes sur les équilibres. Il y a des physiciens de la matière qui déjà à ce stade sont perplexes. Mais soit, ils sont assez minoritaires bien que je n’ai pas lu le fin de mot de l’histoire…

      On peut admettre un consensus sur un effet de serre du CO2. Celui-ci mènerait à un accroissement de 1°C par doublement de la concentration. On ne passe aux valeurs élevées que si on admet une rétroaction positive. A ce sujet, il y a beaucoup moins consensus : l’augmentation du CO2 impliquerait l’augmentation modeste de température qui, via plus d’évaporation, augmenterait la concentration de vapeur d’eau, qui est le gaz à effet de serre principal. Cette hypothèse est contestée par certains climatologues qui pensent au contraire que l’évaporation donne lieu à la formation de nuages et donc à la croissance de l’albedo. Dans ce cas la rétroaction serait négative. Intuitivement, si la rétroaction était positive, on verrait dans le passé lointain des emballements liés à des concentrations de CO2 bien supérieures à celle d’aujourd’hui. La physique des nuages étant encore balbutiantes, les modélisateurs ont dû faire des hypothèses qui affaiblissent la certitude et la validité de leurs modèles.

      Les principes scientifiques de base ne sont déjà pas si simples (opacité à l’infrarouge, échanges radiatifs ou convectifs, thermodynamique, chimie quantique, statistiques, géophysique… ) mais dans le systéme complexe qu’est la planète, prétendre que la science est établie, circulez, il n’y a rien à voir et maintenant, investissez des trillons, me semble pour le moins audacieux et particulièrement imprudent.

      Il reste heureusement quelques climatologues courageux qui cherchent ailleurs qu’au pied du réverbère… (tout en endurant les insultes et l’ostracisme de tous ceux qui préfèrent qu’on agisse avant de réfléchir)

  4. La France c’est 1 % d’émissions mondiale mais …c’est aussi environ 1% de la population mondiale, donc on est dans la moyenne. C’est dur le calcul des pourcentages, hein ? Vous avez arrêté l’école à quel âge ?
    Bon, Taylor, vous postez sur le groupe FB ? Je vous explose vos pseudo-arguments débiles en quelques minutes.
    Ca fait 2 ans que je cherche un climato-septique (sans c) capable de dire un truc un peu intelligent, j’en ai pas encore trouvé un…Ce n’est que litanies de contre-vérités et débilités.
    On va voir avec vous. Qui sait ?
    Vous avez peur de quoi ?
    Non ? Ben allez-y, je vous attends.

    • @ Brionne vous êtes un cuistre, pour votre info, puisque visiblement vous ne vous en rendez pas compte, vous n’écrivez que des stupidités. Je vous suggère donc de vous limiter à affoler des gamins avec les approximations que vous prenez pour une science établie. Ne vous préoccupez pas pour mes études, elles se sont déroulées à une époque ou on apprenait entre autre à développer un esprit critique. Si votre scolarité a été longue c’est probablement parce que vous avez redoublé plusieurs fois. En tout cas votre jeu de mots (septique) flirte avec la scatologie , si vous êtes très jeune ou très vieux cela peut s’expliquer, sinon il a de bons praticiens qui peuvent vous aider.

      • Ben alors Taylor, je vois pas de message de votre part sur le groupe FB de l’ACR. Vous avez peur ? Grande gueule mais petites baloches, dites donc . Allez, un peu de courage. Ca va bien se passer.

        • Et bien les gars, les arguments sont au niveau cour de récré.
          De plus, vous vous permettez d’écrire que les bouquins de François Gervais sont débiles.

          Par contre, j’attends votre réaction à l’étude du CNRS que j’ai mise en référence.

    • Je viens de trouver un article reprenant une étude du CNRS assez intéressante surtout dans ses conclusions.

      Voici le lien : https://www.economiematin.fr/eoliennes-et-climat-un-remede-pire-que-le-mal

      Et l’extrait à commenter : “’avis scientifique, politiquement correct et rassurant, publiée par le CNRS en 2014, ainsi que sur les sources qui lui avaient alors paru dignes d’attention. En effet, les auteurs de cette étude, publiée sur Nature Communications appartiennent majoritairement au Laboratoire des Sciences du Climat et de l’Environnement, à l’Institut Pierre-Simon Laplace des Sciences et du Climat, au Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA) ainsi qu’au CNRS.
      Cette étude portant sur l’impact climatique des éoliennes européennes s’appuie sur des essais en soufflerie et sur la modélisation de l’évolution du climat selon 3 scénarios.
      L’étude se veut rassurante et conclut à des effets certains mais « limités » avec un réchauffement maximum de 0,3° dans certaines régions à échéance 2020. Soit des valeurs « très faibles par rapport à la variabilité naturelle du climat ».

      Je tente un commentaire : si un réchauffement de 0.3°C depuis l’installation des éoliennes est très faible par rapport à la variabilité naturelle du climat, on pourrait en conclure qu’un réchauffement moyen de 1.1 °C en 150 ans doit correspondre à la variabilité naturelle du climat. CQFD.

        • Au-delà du sarcasme, pas de réponse. Cela devient une habitude.

          Votre remarque ne change rien au problème : +/- 0.3 K = +/- 0.3° C, aux dernières nouvelles et dans l’intervalle +/- 0.3 K se trouve + 0.3 K.

          Si vous estimez que dois je apprendre à lire, vous devez apprendre à argumenter.

          • Mais dans le +1,1 °K en 150 ans auquel vous comparez votre +/- 0.3 °K,, c’est pas +/- 1.1 °K, c’est +1.1 °K.
            +/- 0,3 °K, c’est une variation
            + 1.1 °K, c’est une hausse.
            Ca y est, il a compris le gamin ?

          • Vous passez aisément du sarcasme à l’attaque personnelle mais je remarque que vous interprétez à votre manière un texte clair : “un réchauffement maximum de 0,3° “.

            Le “gamin” est maintenant fatigué de vos attaques sans arguments et vous laisse poursuivre dans votre style avec d’autres.

            Une dernière remarque cependant, comme vous aimez bien prendre autrui de haut, la notation est 0.3 K (et non 0.3° K).

  5. Je me demande dans quelle mesure ce plan a vocation à être appliqué ou s’il n’est là que pour faire diversion. Le gouvernement en laçant ce sujet ne voudrait-il pas signifier que le dossier des retraites est clos et qu’il passe à autre chose? Un coût aussi exorbitant que le financement est incertain… Un risque de rejet sur le mode révolte type “Gilets jaunes”… un objectif irréaliste et irréalisable : la neutralité carbone… On peut se poser des questions. D’autant qu’il y a un bonus : mettre dans l’embarras et chasser sur les terres d’EELV, voire même des Insoumis : n’est-ce-pas Jean-Luc Mélenchon qui a avancé le premier cette géniale idée aux relents soviétiques de planification écologique que Borne veut mettre en pratique aujourd’hui ? Ce plan ne serait-il donc en fin de compte qu’un simple coup politique et un coup de com sans lendemain ?

  6. “Baisser ou limiter la hausse de factures énergétiques des français.”
    Seuls les intellectuellement faibles n’ont pas compris l’arnaque: Les français se serrent la ceinture autant qu’ils le peuvent en électricité, carburants, chauffage, en espérant voir baisser leurs dépenses, mais ils les voient grimper irrémédiablement quoi qu’ils fassent.
    Leur consommation en KWh baisse mais les tarifs augmentent plus rapidement dans la même proportion et souvent encore bien plus, comblant ainsi le déficit abyssal d’EDF, gonflant les poches déjà obèses des émirs du gaz et du pétrole, les bénéfices des pétroliers-raffineurs et la récolte fiscale annuelle de l’Etat, à chaque fois toujours plus exceptionnelle.

  7. Bonjour.
    1. Vous avez raison sur ce point. La comparaison entre une dépense multi-annuelle et l’enjeu annuel de la réforme des retraites n’est pas pertinent. Ceci dit, 400 milliards sont très loin d’être à même de financer la décarbonation. De plus, il s’agit du montant que l’état va investir mais cela ne comprend pas les investissements des particuliers et des entreprises. Beaucoup de particuliers, notamment, devront dépenser sur leurs propres avoirs, des sommes considérables (souvent au-delà de 100000 € pour isoler leur logement, pour acheter des voitures électriques, etc. Je crains que le gouvernement n’a aucunement anticipé le bain de sang social que cela implique.
    2. La baisse des GES ne va pas améliorer la compétitivité des entreprises. Preuve en est que l’Europe doit se doter de mesures protectionniste pour ne pas être envahie de produits issus de pays qui n’auront pas ces contraintes. Comment nos entreprises pourront être compétitives à l’exportation, mystère.
    3. Cela va évidemment peser sur les ménages (coûts de l’isolation, coût des voitures électriques, prix de l’électricité). Cet hiver, ce qui s’est passé est lié au marché de l’électricité européen qui impose u, prix de l’électricité aligné sur la source la plus chère. On a payé la dépendance des Allemands au gaz russe, notamment pour leurs centrales à gaz rendues nécessaires par l’intermittence des énergies renouvelables. Autant dire que si tout le monde était vertueusement passé aux pompes à chaleur, on aurait été dans une situation bien pire.
    4. Si on admet les modèles du GIEC, ceux qui se sont intéressés à la question (et ils sont étonnamment rares, vu l’enjeu) montrent que chaque milliard d’euros investis dans la transition ferait baisser la température de … 16 millionièmes de degrés.
    5.comparer avec la moyenne mondiale suppose qu’il faudrait s’aligner avec les pays en voie de développement en termes d’énergie.

    • @zenobbe
      Bien vu. Bien écrit.
      J’avais entamé une réponse identique (mêmes arguments) mais vous m’avez avantageusement devancé.
      @brionne
      Il n’y a rien à écrire de plus concernant les 5 points de votre argumentaire.
      Les points 2 et 3 en particulier: j’imagine que votre connaissance du monde REEL est assez limitée.
      Et je n’irai pas argumenter sur le “groupe FB de l’ACR” (?????).
      Autant discuter du nucléaire allemand avec Aymeric CARON…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

captcha