Contre l’opacité de l’AFP et du GIEC

Communiqué de l’association des climato-réalistes

Paris, le 23 juin 2021

Plusieurs médias (dont Le Point, Libération, Le Monde) se font aujourd’hui 23 juin l’écho d’un « projet de rapport du GIEC » annonçant une « accélération » des « dérèglements » climatiques d’ici 2050. Comme toujours le pire est pour demain, mais nulle possibilité n’est offerte à quiconque d’exercer son esprit critique puisque le texte lui-même du rapport n’est pas rendu public. Seule l’AFP l’a eu en main en exclusivité, et n’en a diffusé que quelques bribes, bien évidemment toutes orientées vers le catastrophisme.

La validation par le GIEC de ce rapport n’étant prévue que pour 2022, il est aujourd’hui impossible de savoir ce qu’il contient, ni sur quoi se fondent les affirmations toujours plus inquiètes sur le «dérèglement» annoncé, ni si celles-ci subsisteront à l’issue du processus de validation. Nous avons donc affaire à un dévoiement du processus d’expertise à des fins de propagande. Ce n’est hélas que le dernier en date d’une longue série sur le climat, où il ne s’agit pas d’informer mais de faire peur et d’orienter l’opinion publique.

L’Association des Climato-Réalistes demande donc au GIEC ou à l’AFP de dévoiler ce projet de rapport en intégralité. S’agissant d’un rapport financé sur fonds publics, il est indécent d’obliger le public à se fier servilement aux extraits sélectionnés dans la presse. Le public doit au contraire pouvoir exercer son droit à l’information et à la critique.

Partager

14 réflexions au sujet de « Contre l’opacité de l’AFP et du GIEC »

  1. Au risque de verser dans le grand complotisme, cette annonce d’un futur rapport du GIEC m’apparait comme une réaction coordonnée aux derniers articles parus sur climato-realistes.fr.
    Par ailleurs à l’instant sur France Info, il est évoqué un rapport du GIEC, par France Culture note bien que c’est un rapport à venir …

  2. Retranscription d’un post sur skyfall
    https://www.skyfall.fr/2021/01/02/bistrot-2021-couvre-feu/#comment-384843

    C’est Bréon qui parle

    “””””””J’ai écrit une bétise : Je pensais que le document fuité était celui du groupe 1 qui sort cet été. En fait, c’est celui du groupe 2 qui sort l’année prochaine. Du coup, des modifications/corrections importantes peuvent être attendues. Donc raison de plus pour ne pas commenter””””””

    https://twitter.com/fmbreon/status/1407625564383498244
    les divers goupes du GIEC, c’est Janco qui parle

    “””””””Les travaux publiés ou en cours qui portent sur le fonctionnement « physique » (et chimique !) du climat et les variations climatiques passées ou à venir (groupe 1).
    Les travaux publiés ou en cours qui portent sur la vulnérabilité de la biosphère et de notre système socio-économique face aux risques du changement climatique (groupe 2).
    Les travaux publiés ou en cours sur les scénarios d’émission de gaz à effet de serre et la manière de réduire nos émissions (groupe 3).”””””””

    https://jancovici.com/changement-climatique/croire-les-scientifiques/quest-ce-que-le-giec/

    Il est quand même honnête Bréon : faire fuiter un rapport qui verra le jour en 2022, rapport basé sur des études qui verront paraître un rapport cet été, c’est un peu fort quand même

  3. Il y a fort à penser que , comme le rapport final ne convient pas à certains ( les écolos) , on en diffuse les bribes les plus alarmantes sans aucune base scientifique . L’important , c’est de faire parler , souvent sans aucun fondement de vérité . Cette communication n’est-elle pas destinée en quelque sorte à anticiper un rapport du GIEC qui ne correspondrait pas aux voeux des just’au’ boutistes ? IL y a de quoi s’interroger ! Qu’en pensez-vous ?
    F. lorant

  4. Les événements extrêmes de la nature sont liés à la pression de l’atmosphère pas à la température , les enfants de l’école primaire le savent , alors arrêtez vos conneries
    il n y aura ni accélération ni autre chose , personne ne peut prévoir ce qui se passera dans le futur

  5. @François Lorant
    Je pense que certains ont précipité la parution ( les fuites) de ce rapport, parce que s’il ne sort qu’en 2022 , cela sera trop tard pour soutenir la campagne présidentielle du promoteur de la COP21
    Mais je suis complotiste

  6. Il faut surtout préparer l’après Pandémie et influer sur la répartition des dépenses pour la relance économique. Le terrorisme vert pour survivre et engraisser ses coreligionnaires doit prêcher l’Apocalypse tous les 15 du mois…

  7. Il faut surtout préparer l’après Pandémie et influer sur la répartition des dépenses pour la relance économique. Le terrorisme vert, pour survivre et engraisser ses coreligionnaires, doit prêcher l’Apocalypse tous les 15 du mois…

  8. Je m’étonne que le ralentissement sans précédent récent des émissions de CO2, de l’ordre de 7% au cours de l’année 2020 pour les raisons que nous savons, avec un creux remarquable de moins 17% en avril 2020 ne fasse pas l’objet d’un article très critique de Climato-Réalistes quand on sait que cette baisse ne se traduit par aucun fléchissement de la courbe de concentration du CO2 dans l’air publiée par la NOAA: https://gml.noaa.gov/webdata/ccgg/trends/co2_trend_mlo.pdf
    Certains ont émis l’hypothèse que les émissions humaines sont infiniment plus faibles que les émissions naturelles, volcans, dégazage des océans, dégradation des matières organiques, etc… et qu’elles sont donc “noyées” par ces dernières, ce qui laisserait supposer que même si le CO2 est le grand coupable du réchauffement, ce qui est loin d’être prouvé, ce réchauffement aurait donc des causes parfaitement naturelles et que lutter contre celui-ci en réduisant nos émissions de CO2 serait logiquement voué à un échec retentissant !

  9. https://www.francebleu.fr/emissions/l-invite-de-la-redaction-de-7h45/alsace/jean-louis-imbs-naturaliste-alsacien

    “”””””””Jean-Louis Imbs, naturaliste alsacien, réagit au rapport du GIEC sorti en juin, et qui fait des projections inquiétantes pour notre planète d’ici 2050. Récoutez son interview.
    « Le pire est à venir. » Les scientifiques, rattachés au Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec), dressent un rapport alarmant de l’état de notre planète en 2050 : canicules extrêmes, pénuries d’eau, exodes… « Ça fait froid dans le dos, c’est catastrophique, mais nous avons été alertés », commente le naturaliste alsacien Jean-Louis Imbs.

    « On le voit en Alsace : tantôt la canicule, la sécheresse, les incendies, et ensuite les inondations, et demain les maladies tropicales », alerte Jean-Louis Imbs. Le naturaliste anticipe des conflits autour de l’eau. Jean-Louis Imbs tacle Emmanuel Macron et les parlementaires et leur insuffisance d’action : « Nos politiques sont extrêmement frileux et dans le court-terme »””””””.
    ——————————–
    Cela devient catastrohique
    Il faut réveiller les scientifiques , les vrais, pour remettre dans le droit chemin ces pseudo scientifiques à la botte du GIEC et des politiques qui nous gouvernent

    • Non, nous ne prendrons pas part à cette gabegie scientifique, enfin pseudo scientifique, façon Breon, totalement dépourvu de rigueur méthodologique. Ce n’est pas que nous dormons. Nous n’avons juste pas de temps pour ça dans les sciences dures. La réalité physique finit de toutes façons toujours par parler, et sur le sujet il ne faut pas attendre des siècles pour constater la fraude. Bien sur, en 2 à 3 pages il serait possible de dezinguer brutalement toutes les approches, modèles et pauvreté des évaluations d’incertitude des torche cul du giec. A quoi bon? Laissons les craner ces tocards qui n’ont rien à faire sur le droit chemin des sciences.

  10. Bien, le GIEC est une structure bien sous tout rapport !!

    A partir de là utilisons son action comme il se doit : une source d’information autorisée et à partir de ses rapports décidons nous-même ce qui nous parait bon pour notre avenir.
    Il est hors de question de laisser a des scientifiques y compris haut dessus de tout soupçons pour leur art, des décisions fondamentales pour nos vies… à partir d’hypothèses ou de spéculations qui vont au delà de leurs strictes compétences, car cela s’appelle alors des décisions “politiques” !

    Tous ces scientifiques, sont-ils des philosophes, des gens qui sont capables de prendre en compte les orientations et l’avenir d’une civilisation, fusse-elle technologique. La réponse est non.

    Donc quand on analyse ce qu’il se passe aujourd’hui, nous avons des ‘autorités gouvernementales, techniques ou morales” qui se basent sur des extrapolations discutables pour modifier des trajectoires hautement humaines et où, bien entendu, la présence de ces comportements interagit avec la nature.

    Les rapports du GIEC sont les bienvenus lorsqu’ils établissent des constatations mesurables et indiscutables et évidement reproductibles avec des modèles maîtrisables. Tout le reste n’est qu’un roman dans lequel nous ne voulons pas être les personnages.

    C’est à nous ensuite, puisque nous sommes informés, de décider de notre comportement, et arretons d’accuser ceux qui contestent soit des gens intéressés et inconscients soit des imbéciles qui ne savent pas lire ni comprendre.
    Je rappellerai cette historiette à tous ceux qui pretendent diriger -piloter- nos vies avec comme tableau de bord les rapports du GIEC :
    … je suis au bord de la piste, je ne sais pas piloter un hélicoptère, je ne sais pas le mettre en marche. Quand le pilote decolle et va se vautrer lamentablement au bout de la piste, je ne suis toujours pas pilote moi-même mais je sais que ce pilote n’a pas fait son boulot correctement.

  11. Comme le dit si bien François Gervais : le GIEC confond causes et conséquences : les sécheresses sont les causes du dérèglement climatique et pas les conséquences ! Depuis plus de 30 ans les VRAIS climatologues disent bien, qu’avec le dérèglement climatique, il n’y aura pas moins d’eau mais une dégradation de la répartition annuelle des pluies : inondations l’hiver et sécheresse l’été, exactement le scénario qui s’installe durablement en France et dans le monde ! Les sécheresses et les inondations ne sont pas des fatalités liées au dérèglement climatique mais le résultat logique d’une très mauvaise gestion des eaux de surface, Inondation c’est quand l’eau repart trop vite vers la mer, sécheresse c’est quand elle est repartie trop vite … Si on avait DEUX fois plus de précipitations on aurait DEUX fois plus d’inondations mais toujours pas assez d’eau l’été … Une pluie même forte n’est pas un raz de marée mais elle le devient automatiquement quand on ne retient pas les ruissellements en amont des bassins versants. Les inondations actuelles sont les conséquences directes des plan GEMAPI qui consistent à évacuer l’eau pour lutter contre les inondations, résultat les agglomérations en aval subissent de plein fouet les rejets des villes en amont … consternant mais logique !
    Pendant des millénaires les humains ont construit pour retenir l’eau douce sur les continents, il aura fallu quelques années à l’administration pour détruire le réseau hydrologique français au nom d’une continuité écologique qui n’existe plus puisque le résultat est conforme au plan d’actions : les rivières sont ravagées par des crues de plus en plus fortes et les poissons migrateurs vont apprendre à marcher pour remonter les rivières sèches l’été.. Tous les ans les indemnités sécheresses et inondations nous coutent des milliards (sans parler des vies humaines … ) alors qu’avec quelques millions on résoudrait en même temps les deux problèmes. Sans oublier l’énergie propre que peut fournir une turbine associée à une retenue, en France nous avons largement de quoi doubler notre production hydroélectrique !
    On aura sauvé le climat quand les continents seront des océans de verdures au rythme des saisons donc verts l’été ! Quand le taux de vapeur d’eau augmente la puissance du rayonnement solaire qui arrive jusqu’au sol diminue. L’été quand le taux de vapeur d’eau descend à 20% sur les continents l’énergie qui arrive jusqu’au sol augmente de 50% et les sols “brulent”.

  12. Pour comprendre : on annonce un rapport un rapport scientifique de … 4.000 pages. le texte qui l’objet d’une fuite fait … 36 pages. C’est le futur “résumé pour les décideurs” ou “summary for policy makers”. Le rapport scientifique sera publié en 2022 (COP 26 Glasgow). Avant son adoption, le texte de 36 pages fera l’objet d’une négociation entre les membres de l’ONU.
    Rappel : le précédent rapport scientifique (AR5) en 2014 faisait un peu plus de 1.200 pages et le “résumé pour les décideurs” 32 pages . Ce résumé avait omis les aspects les plus gênants du rapport scientifique, notamment le “hiatus” dans la hausse des températures, la fréquence et l’intensité de cyclones et la surface de glace en antarctique.
    En d’autres termes, le “résumé pour les décideurs” n’a qu’un lointain rapport avec le rapport scientifique (voir le livre de C. Gérondeau).
    La fuite de ce projet n’est qu’un moyen de faire pression sur les participants de l’ONU pour la version définitive. Alors que le rapport scientifique n’est pas connu – et la lecture des 4.000 pages sera indigeste – le GIEC publie déjà un projet de résumé. On est très, très loin de la science.

  13. ce qui est “amusant” est le regret évoqué sur le fait que l’apocalypse est remise à demain.
    Les rapports du GIEC ainsi que les études sérieuses sur le climat ne sont pas sur ce référentiel, mais constatent des FAITS et établissent des projections.
    Or depuis 30 ans ces faits sont des réalités et les projections sont toujours sous estimées par rapport aux faits.
    et les faits sont têtus
    je rappelle que sur ce site on a annoncé un hiver glacial ( 2020/2021)… personnellement je préfère faire confiance à des scientifiques, qu’a des astrologues .
    le négationnisme climatique est une église médiévale en fait.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

captcha