L’océan Arctique a commencé à se réchauffer dès le début du 20° siècle

Résumé d’un article publié le 24 novembre dans la revue  Science Advances, intitulé par une équipe de l’université de Cambridge (rapporté par WUWT).

L’article a été publié sous le titre : « Rapid Atlantification along the Fram Strait at the beginning of the 20th century. »


L’océan Arctique s’est réchauffé depuis le début du 20e siècle, soit plusieurs dizaines d’années avant que cela ne soit documenté par des mesures instrumentales, en raison d’écoulement d’eaux plus chaudes depuis l’océan Atlantique dans le délicat écosystème polaire .

Un groupe international de chercheurs a reconstitué l’histoire récente du réchauffement des océans aux portes de l’océan Arctique dans une région appelée le détroit de Fram, entre le Groenland et le Svalbard.

En utilisant les signatures chimiques trouvées dans les micro-organismes marins, les chercheurs ont découvert que l’océan Arctique a commencé à se réchauffer rapidement au début du siècle dernier alors que des eaux plus chaudes et plus salées affluaient de l’Atlantique, un phénomène appelé atlantification, et que ce changement a probablement précédé le réchauffement. documenté par des mesures instrumentales modernes. Depuis 1900, la température de l’océan a augmenté d’environ 2 degrés Celsius, tandis que la banquise s’est retirée et que la salinité a augmenté.

Les résultats, rapportés dans la revue Science Advances, fournissent la première perspective historique sur l’atlantification de l’océan Arctique et révèlent une connexion avec l’Atlantique Nord qui est beaucoup plus forte qu’on ne le pensait auparavant. Cette connexion est de nature à façonner la variabilité du climat arctique, avec des implications importantes sur le recul de la banquise et sur l’élévation du niveau de la mer à mesure que les calottes glaciaires polaires continuent de fondre.

Tous les océans du monde se réchauffent en raison du changement climatique, mais l’océan Arctique, le plus petit et le moins profond des océans du monde, se réchauffe le plus rapidement.

Le taux de réchauffement dans l’Arctique est plus du double de la moyenne mondiale, en raison de mécanismes de rétroaction…sur la base des mesures satellitaires, nous savons que l’océan Arctique s’est régulièrement réchauffé, en particulier au cours des 20 dernières années, mais nous voulions placer le réchauffement récent dans un contexte plus long.

Dr Francesco Muschitiello du département de géographie de Cambridge, co-auteur principal l’étude.

L’atlantification est l’une des causes du réchauffement de l’Arctique, mais les enregistrements instrumentaux capables de surveiller ce processus, comme les satellites, n’ont commencé que depuis environ 40 ans.

À mesure que l’océan Arctique se réchauffe, la glace de la région polaire fond, ce qui à son tour affecte le niveau mondial de la mer. À mesure que la glace fond, elle expose une plus grande partie de la surface de l’océan au soleil, libérant de la chaleur et augmentant la température de l’air. Alors que l’Arctique continue de se réchauffer, il fera fondre le pergélisol, qui stocke d’énormes quantités de méthane, un gaz à effet de serre beaucoup plus nocif que le dioxyde de carbone.

Les chercheurs ont utilisé les données géochimiques et écologiques des sédiments océaniques pour reconstituer l’évolution des propriétés de la colonne d’eau au cours des 800 dernières années. Ils ont daté avec précision les sédiments en utilisant une combinaison de méthodes et ont recherché des signes diagnostiques d’atlantification, comme un changement de température et de salinité.

Sur une échelle de temps de 800 ans, nos enregistrements de température et de salinité semblent assez constants, mais tout d’un coup au début du 20e  siècle, on constate un changement marqué de la température et de la salinité. La raison de cette atlantification rapide à la porte de l’océan Arctique est intrigante : nous avons comparé nos résultats avec la circulation océanique à des latitudes plus basses et avons constaté qu’il existe une forte corrélation avec le ralentissement de la formation d’eau dense dans la mer du Labrador. Dans un scénario de réchauffement futur, la circulation profonde dans cette région subpolaire devrait encore diminuer en raison du dégel de la calotte glaciaire du Groenland. Nos résultats impliquent que nous pourrions nous attendre à une nouvelle atlantification de l’Arctique à l’avenir en raison du changement climatique. »

Dr Tesi Tommaso, de l’Institut des sciences polaires du Conseil national de recherches de Bologne, co-auteur

Les chercheurs disent que leurs résultats mettent en évidence une faille possible dans les modèles climatiques, car ceux-ci ne reproduisent pas cette atlantification précoce du début du siècle dernier.

Les simulations climatiques ne reproduisent généralement pas ce type de réchauffement dans l’océan Arctique, ce qui signifie qu’il y a une compréhension incomplète des mécanismes à l’origine de l’atlantification… nous nous appuyons sur ces simulations pour projeter le changement climatique futur, mais l’absence de tout signe d’un réchauffement précoce de l’océan Arctique est une pièce manquante du puzzle.

Dr Tesi Tommaso


Partager

4 réflexions au sujet de « L’océan Arctique a commencé à se réchauffer dès le début du 20° siècle »

  1. Excellent article, les courants chauds du
    Gulf Stream, entrant en collision avec les
    courant froids de l’océan Arctique, à hauteut
    de l’embouchure du St Laurent, sont régulateurs des climats sous nos latitudes !!
    La différence de potentiels thermiques, font
    de cette zone géographique, une nurserie,
    pour les depressions hivernales, qui traversent l’atlantique Nord, dictant le climat
    de l’Eire, de l’Angleterre, et la façade maritime
    de l’Europe..! Ces mécanismes échappent
    totalement à un possible contrôle par
    les humains, et a peu à voir, avec les
    activités de nos sociétés humaines…!!

  2. Le pergélisol a une épaisseur allant jusqu’à mille mètres en Sibérie , sur ce kilomètre, seule la partie active pourrait augmenter de quelques mètres supplémentaires en été .

  3. Le faussaire Michael Man doit jubiler. Sa courbe en crosse de hockey vient d’être retrouvée sur le timbre-poste du détroit de Fram.
    Blague à part, cet article est curieux. Avant 1900, électro-encéphalogramme plat, puis tout d’un coup, paf ! il faudrait avoir le temps de l’éplucher, de retourner aux sources et de croiser les données. Pas le temps. Voir déjà les commentaires de cet article sur WUWT.
    Il est connu que la branche nord-atlantique du Gulf Stream fait des incursions prononcées dans l’océan arctique et le réchauffe, provoquant le recul momentané de la banquise, ce qui alimente la presse catastrophiste (articles récents). Connu par les chasseurs de baleines depuis la fin du 19eme siecle. Bref, on peut déjà se demander si ce qui se passe sur ce timbre-poste a une valeur globale.

    Instrumental records se traduit par données instrumentales et non mesures instrumentales qui ne veut rien dire.

  4. Article bizarre comme dit Serge ; du coup on pourrait dire que la fonte de l’arctique n’a rien à voir avec le CO2, et pourquoi pas tout le RCA qui nous pourrit la vie avec toutes les restrictions pour nous priver des fossiles qui nous font vivre et la biosphère végétale aussi
    “””””” À mesure que la glace fond, elle expose une plus grande partie de la surface de l’océan au soleil, libérant de la chaleur et augmentant la température de l’air. “”””””?????? Si la glace fond , l’albédo diminue et l’océan absorbe plus de chaleur me semble-t-il

    “””””” La raison de cette atlantification rapide à la porte de l’océan Arctique est intrigante : nous avons comparé nos résultats avec la circulation océanique à des latitudes plus basses et avons constaté qu’il existe une forte corrélation avec le ralentissement de la formation d’eau dense dans la mer du Labrador.”””””””
    En effet c’est intrigant car ailleurs on affirme que “”””” Depuis 1900, la température de l’océan a augmenté d’environ 2 degrés Celsius, tandis que la banquise s’est retirée et que la salinité a augmenté.””””” J’ai toujours pensé qu’une eau plus saline est plus lourde qu’une eau moins salée et devrait donc favoriser la formation d’eau dense et la circulation thermohaline ; mais comme d’un autre côté ces chercheurs affirment que la fonte de la calotte groenlandaise fait monter le niveau des océans , les eaux arctiques doivent devenir plus douces , ce qui contredit leur affirmation précédentes
    Mais bon , il faut faire des papiers et des publications

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

captcha