A propos de l’Oscillation Décennale du Pacifique (PDO)

par Willis Eschenbach

(article initialement publié en anglais sur le site WUWT)

L’oscillation décennale du Pacifique (également connue sous le nom de «PDO») désigne une variation cyclique de la température de surface de la mer dans l’océan Pacifique sur une période de plusieurs décennies, habituellement de 20 à 30 ans. La PDO est repérée par le déplacement d’une large zone chaude ou froide au nord du 20°N.

Figure 1. Les deux extrêmes des températures de surface de la mer dans l’oscillation décennale du Pacifique.

Le graphique de la figure 2 ci-dessous montre l’évolution de l’indice qui mesure l’état de la PDO :

Figure 2. Indice PDO et date du « Grand changement climatique dans le Pacifique » de 1976-1977.

Et que désigne t-on par le « grand changement climatique du Pacifique » ? C’est lorsque le changement de l’oscillation décennale du Pacifique a été identifié pour la première fois par les scientifiques. (En tant que pêcheur de saumon de longue date, j’apprécie beaucoup le fait que la PDO ait été remarquée pour la première fois dans les enregistrements de prises de saumon dans le nord-ouest du Pacifique… mais je m’éloigne du sujet). 

Extrait de l’article du Journal of Climate « L’importance du changement climatique de 1976 dans le Pacifique dans la climatologie de l’Alaska »:

En 1976, la région du Pacifique Nord, y compris l’Alaska, a subi un changement radical de son régime climatique, marqué par de fortes augmentations des températures hivernales et printanières, et des augmentations moindres en été et en automne, par rapport aux 25 années précédentes.

Le graphique de la figure 3 qui montre l’évolution de la somme cumulée de l’indice de la PDO.

Figure 3. Somme cumulée de l’indice PDO et date du changement climatique de 1977 dans le Pacifique

Comme on peut le voir sur ce graphique ci-dessous , la somme cumulée de l’indice PDO montre clairement la date du passage du climat Pacifique en phase chaude.

L’intérêt des sommes cumulées est de montrer que deux ensembles de données sont liés l’un à l’autre. Voici les sommes cumulées suivantes :

Le graphique ci-dessous fait apparaître la relation de ces indices avec celui de la PDO.

Figure 4. Somme cumulée de l’indice PDO et date du changement climatique de 1977 dans le Pacifique

Ces quatre indices climatiques sont basés sur des phénomènes très différents. L’indice PDO est la mesure des températures de surface de la mer au nord de 20° N. L’indice d’oscillation australe est basé sur la différence de pression barométrique entre Tahiti et l’Australie. L’indice NINO34 est basé sur les températures de surface de la mer dans la région 5 ° N-5 ° S et 170 ° W-120 ° W. Enfin, l’indice du Pacifique Nord est basé sur la pression au niveau de la mer pondérée par zone sur la région 30 ° N-65 ° N, 160 ° E-140 ° W.

Malgré leur diversité ces indices sont clairement en relation avec le changement climatique de 1976 dans le Pacifique.

Les sommes cumulées des indices peuvent aussi être utilisés pour montrer l’absence de liaison entre des ensembles de données. Voici ci-dessous quelques exemples :

Figure 5 Sommes cumulées, indice d’oscillation décennale du Pacifique, indice d’oscillation nord-atlantique et taches solaires mensuelles

Il y a peu de points communs entre ces trois ensembles. On peut en inférer que les taches solaires et l’oscillation nord-atlantique ne sont pas non plus étroitement liées aux indices El Nino montrés dans la figure 4.

Enfin, pour répondre à la remarque d’un commentateur j’ai ajouté l’oscillation multi décennale atlantique (AMO) dans l’analyse. Voici ce graphique :

Remarque :

Les sommes cumulées sont très sensibles aux conditions initiales et aux anomalies. S’il y a une tendance à la hausse dans les données, ou si le point zéro est inférieur aux valeurs, une somme cumulée aura tendance à « monter au ciel », et vice versa. Cependant, l’anomalie de ces mêmes données se comportera très différemment. Toutes les sommes cumulées ci-dessus ont d’abord été exprimées comme l’écart par rapport à la moyenne de l’ensemble de données en question. Pour les indices sans tendance, cela fait peu de différence. Cela garantit qu’ils reviennent à la valeur à laquelle ils ont commencé. Les considérer comme des anomalies autour de tout autre point zéro conduira à une tendance globale en fonction du point choisi. En conséquence, la tendance d’une somme cumulée n’a généralement pas de sens, mais comme indiqué ci-dessus, les variations de la somme cumulée peuvent être assez significatives.

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

captcha