L’éruption volcanique de Tonga et les précipitations record dans l’est de l’Australie et de la Nouvelle-Zélande

Traduction de l’article intitulé “2021-2022 Tonga Volcanic Eruption and Record Rainfall in Eastern Australia and New Zealand” par Alvin Wong and Wyss Yim du Volcanoes Study Group, Hong Kong.

Traduit par Camille Veyres

NB : La lecture de cet article pourra être utilement complétée par la conférence en ligne animée par Alvin Wong. 


Résumé

Fin 2021, le volcan sous-marin Hunga Tonga-Hunga Ha’apai est entré en éruption, créant une nouvelle île qui a fait irruption de manière subaérienne le 15 janvier 2022, envoyant un panache à 58 km d’altitude pénétrant dans la mésosphère. L’étude des relevés d’observation, y compris les données satellitaires, a révélé un réchauffement de la couche superficielle de l’océan suivi d’un refroidissement atmosphérique causé respectivement par la libération de la chaleur géothermique et les matériaux volcaniques entrant dans l’atmosphère. Les facteurs environnementaux qui influencent les conditions météorologiques comprennent le développement d’un Blob du Pacifique Sud à la durée de vie relativement courte, le transfert de grandes quantités de vapeur d’eau de l’océan vers l’atmosphère, la dépression à la surface de l’océan, la formation de nuages, la réduction du rayonnement solaire causée par les matériaux volcaniques dans l’atmosphère, le renforcement des alizés, les méandres des courants-jets, le développement de rivières atmosphériques, l’effet de refroidissement supplémentaire des pluies torrentielles et le passage aux conditions « La Niña ». Les précipitations record dans l’est de l’Australie et de la Nouvelle-Zélande et le cyclone tropical Dovi survenu en février 2022 sont tous deux le résultat du refroidissement atmosphérique qui a suivi l’éruption subaérienne.

Introduction

Le volcan Hunga Tonga-Hunga Ha’apai est situé dans la fosse de Kermadec-Tonga de l’océan Pacifique Sud. Une étude récente a montré que les éruptions antérieures d’août à décembre 2019 d’au moins deux volcans sous-marins à Tonga et du volcan White Island en Nouvelle-Zélande ont contribué à la chaleur géothermique pour former un Blob du Pacifique Sud établissant un nouveau record de température la plus chaude pour l’Antarctique le 6 février 2020.1 Bien que l’impact climatique de chaque éruption volcanique soit différent, les éruptions volcaniques subaériennes ont une tendance au refroidissement tandis que les éruptions sous-marines ont une tendance au réchauffement. La présente étude examine les enregistrements d’observation, y compris les données satellites, sur le rôle des éruptions initialement sous-marines du volcan Hunga Tonga-Hunga Ha’apia fin 2021, qui ont culminé dans le millénaire par l’éruption subaérienne VEI (Volcanic Explosivity Index) 5 le 15 janvier 2022 (Figure 1) comme cause des précipitations record dans l’est de l’Australie et de la Nouvelle-Zélande jusqu’à la fin février 2022.

Les satellites GOES 17 de la NOAA et Himawari 8 du Japon étaient parfaitement positionnés pour observer et documenter cet événement historique.2 La hauteur du panache de 58 km était deux fois et demie supérieure à tous les orages jamais observés et la pression atmosphérique générée par l’éruption a fait le tour de la Terre pendant plusieurs jours. Plusieurs satellites géostationnaires équipés de capteurs ont détecté les ondes de pression itinérantes via les changements de température dans les images de vapeur d’eau de l’atmosphère à mi-niveau.

 Figure 1. Image satellite de l’éruption subaérienne Hunga Tonga Hunga Ha’apai VEI 5 du 15 janvier 2022.

Changements océaniques et atmosphériques

Au départ, les éruptions des Tonga étaient sous-marines, ce qui a entraîné un réchauffement régional de l’océan par la libération de chaleur géothermique et, le 15 janvier 2022, elles sont devenues subaériennes, ce qui a entraîné un refroidissement atmosphérique régional dû à l’entrée de matières volcaniques dans l’atmosphère. Les facteurs environnementaux influençant le temps pendant les différentes étapes étaient donc différents. Ils comprennent les éléments suivants :

1.         La formation d’un Blob du Pacifique Sud à la durée de vie relativement “courte”.

2.         Le transfert de grandes quantités de vapeur d’eau de l’océan vers l’atmosphère.

3.         La condition de basse pression à la surface de l’océan.

4.         La formation de nuages.

5.         La réduction du rayonnement solaire causée par les matériaux volcaniques dans l’atmosphère.

6.         Le renforcement des alizés.

7.         Les méandres des courants-jets.

8.         Le développement des rivières atmosphériques.

9.         L’effet de refroidissement supplémentaire causé par les pluies torrentielles.

10.       Le passage à des conditions La Niña.

L’accumulation d’eau de mer chaude sur la couche de surface de l’océan causée par les éruptions sous-marines a augmenté la quantité de vapeur d’eau dans l’atmosphère, facilitant la formation de nuages et fournissant une énergie supplémentaire aux cyclones tropicaux. La figure 2 montre le flux de chaleur latente pour février 2022 obtenu par le modèle de réanalyse du National Centre for Environmental Prediction-National Centre for Atmospheric Research (NCEP-NCAR), comparé à la moyenne à long terme 1981-2010. Des valeurs élevées dépassant la moyenne à long terme de 135 W/m² (plus de 180 W/m²) et de 45 W/m2 (plus de 60 W/m²) peuvent être observées dans l’est de l’Australie (zone encerclée en noir) et le nord de la Nouvelle-Zélande (zone encerclée en blanc) respectivement. Les éruptions tongiennes ont augmenté les précipitations dans ces régions grâce à l’apport d’aérosols volcaniques en tant que noyaux de condensation, au transfert de grandes quantités de vapeur d’eau de l’océan vers l’atmosphère et à la contribution à la formation de nuages.

 Figure 2. Comparaison du flux de chaleur latente dans le sud-ouest de l’océan Pacifique entre février 2022 et la moyenne à long terme 1981-2010. Source : NOAA. 3

De grandes quantités de cendres et de gaz, notamment du dioxyde de soufre et de la vapeur d’eau, ont été libérées dans l’atmosphère lors de l’éruption subaérienne du 15 janvier 2022. Les satellites Sentinel-5 Precursor (Sentinel-5P) et CALIPSO (Cloud-Aerosol Lidar and Infrared Pathfinder Satellite Observation) ont détecté environ 400 000 tonnes de dioxyde de soufre et environ 7 km d’épaisseur de cendres volcaniques dans la stratosphère 4 , 5 Grâce à l’Expérience mondiale de surveillance de l’ozone-2 (GOME-2, Global Ozone Monitoring Experiment-2) et à l’interféromètre de sondage atmosphérique infrarouge (IASI) du satellite Meteorological Operational (MetOp), le dioxyde de soufre provenant de l’éruption s’est retrouvé au-dessus de l’Afrique du Sud et de l’Amérique du Sud en seulement 10 jours et il en restait encore un peu dans l’atmosphère au-dessus de l’Australie et de la Nouvelle-Zélande à la fin du mois de janvier 2022.6

Comme le panache volcanique ascendant produit par l’éruption subaérienne a affaibli le gradient de température, le jet stream est devenu plus sinueux.

Un creux en altitude causé par les méandres du jet stream a été observé au-dessus de l’est de l’Australie et de la Nouvelle-Zélande les 1er et 23 février 2022 (Figure 3a-b cercles noirs). Dans la basse atmosphère, la région située à l’avant du creux supérieur a favorisé la convergence de l’air, tandis que dans la haute atmosphère, la divergence opposée de l’air a été favorisée. La forte augmentation de la vapeur d’eau à l’avant du creux supérieur a généré des conditions instables pour produire de fortes précipitations. De plus, le creux supérieur a facilité le développement de rivières atmosphériques favorisant le transport de la vapeur d’eau vers l’est de l’Australie et la Nouvelle-Zélande (Figure 3c-d cercles noirs). Depuis le 30 janvier 2022, on a observé le transport d’une « rivière atmosphérique » étroite avec des valeurs élevées de 50 mm de vapeur d’eau vers la Nouvelle-Zélande. Pendant la semaine du 6 au 12 février 2022, les « rivières atmosphériques » sont devenues plus fortes et une plus grande quantité de vapeur d’eau, supérieure à 60 mm, sur  la Nouvelle-Zélande. Pendant la semaine du 20 au 26 février 2022, la « rivière atmosphérique » s’est affaiblie, mais des quantités significatives de vapeur d’eau approchant les 60 mm ont encore été précipitées à l’est de l’Australie.

Figure 3. (a-b) Configuration du vent à 250hPa le 1er et le 23 février 2022 ; (c-d) Vapeur d’eau atmosphérique hebdomadaire en mm de l’Advanced Microwave Scanning Radiometer-2 (AMSR-2) du 30 janvier au 26 février 2022. Source : Service météorologique national des États-Unis, AMSR-2.7, 8

 Un modèle simplifié des éruptions sous-marines/subaériennes des Tonga de 2021-2022 est présenté à la Figure 4.

Figure 4. Modèle simplifié des éruptions sous-marines/subaériennes de 2021-2022 aux Tonga.

2021-2022 Blob du Pacifique Sud

D’après les enregistrements bimensuels de la température de la surface de la mer du Coral Reef Watch de la NOAA9, les étapes du développement du Blob du Pacifique Sud observé de la mi-décembre 2021 à la mi-février 2022 (Figure 5) comprennent :

1.         Le 15 décembre 2021, de l’eau de mer anormalement chaude dans la couche de surface de l’océan s’est déjà établie dans le sud-ouest de l’océan Pacifique.

2.         Le 29 décembre 2021, on peut observer qu’un Blob du Pacifique Sud relié aux Tonga est le plus chaud à l’est de la Nouvelle-Zélande, avec un bras atteignant la côte de l’Amérique du Sud.

3.         Le 15 janvier 2022, le cœur du Blob du Pacifique Sud s’est déplacé plus à l’est mais le bras qui atteint la côte de l’Amérique du Sud s’est détaché.

4.         Le 15 février 2022, le Blob du Pacifique Sud a continué à s’étendre vers l’est avec un bras atteignant à nouveau la côte de l’Amérique du Sud.

Figure 5. Observations sur les étapes de développement du Blob du Pacifique Sud basées sur les anomalies de température de surface de la mer à intervalles de quinze jours du 15 décembre 2021 au 15 février 2022. Source : NOAA Coral Reef Watch.9

 Les enregistrements des anomalies de température de surface de la mer basés sur NOAA Coral Reef Watch montrent que le Blob du Pacifique Sud était lié à l’éruption sous-marine du volcan Tong`a au moins depuis le 31 décembre 2021. 10 Le 16 janvier 2022, une piscine chaude d’une superficie d’environ 3 km² supérieure à 3°C à la normale a été observée à l’emplacement du volcan Tonga. Depuis, l’eau de mer chaude a été transportée par les courants océaniques dans les eaux environnantes dans une direction principalement sud-est et nord-ouest. Les données hebdomadaires sur les tendances de la SST (température de surface des mers, Sea Surface Temperature) provenant de la NOAA Coral Reef Watch du 30 janvier au 5 février 2022 ont indiqué une augmentation de la taille de la piscine chaude dont la température dépasse de 2°C la normale et qui a atteint une superficie totale maximale d’environ 170 000 km² (Figure 6).

 Figure 6. Distribution de la température de surface de la mer dans le sud-ouest de l’océan Pacifique du 30 janvier au 5 février 2022. Source : NOAA Coral Reef Watch.9

Précipitations record en Australie et en Nouvelle-Zélande

Au cours du mois de février, des précipitations record ont été établies dans de nombreuses stations en Australie et en Nouvelle-Zélande (Figure 7a-b). Par rapport à la moyenne mensuelle à long terme, les précipitations dans l’est de l’Australie ont dépassé leur valeur moyenne de 5 mm/jour, tandis que la Nouvelle-Zélande a dépassé 7 mm/jour. Ces dépassements ont été causés par les effets combinés de l’augmentation de la teneur en humidité de l’atmosphère, de la formation de nuages, de la dépression, du cyclone tropical, du creux en altitude, de la réduction du rayonnement solaire, des rivières atmosphériques, du renforcement des alizés et du passage à La Niña, tous attribués à l’éruption des Tonga.

Des records de pluie ont été battus dans de nombreuses stations. La Nouvelle-Galles du Sud, en Australie, a connu un mois de février anormalement humide avec de nombreux nouveaux records de précipitations (Figure 7c). Pour l’ensemble de l’État, les précipitations de février 2022 ont été supérieures de 29 % à la moyenne de 1961-1990.11

De graves inondations ont eu lieu dans le Queensland et en Nouvelle-Galles du Sud, avec plus de 58 000 maisons inondées entre le 22 et le 26 février 2022.12, 13 En Nouvelle-Zélande, l’aéroport de Masterton a enregistré sa journée la plus pluvieuse avec 124 mm/jour le 12 février 2022, tandis que Kelburn à Wellington a connu sa deuxième journée la plus pluvieuse depuis 1939 avec 152,5 mm de pluie le 13 février 2022.14, 15

 Figure 7 Précipitations en février pour l’est de l’Australie et la Nouvelle-Zélanden moyenne 1981-2010 (b) 2022 (c). Quelques stations météorologiques en Nouvelle-Galles du Sud, Australie, avec un nouveau record de précipitations en février.  Source : Australian Bureau of Meteorology et NOAA.11, 16

Cyclone tropical Dovi

La formation du cyclone tropical Dovi a été alimentée par le soleil d’été de l’hémisphère sud, aidé par la couche superficielle de l’océan chauffée géothermiquement par les éruptions sous-marines des Tonga. Le 5 février 2022, une dépression tropicale s’est formée dans le nord de la mer de Corail et s’est déplacée rapidement vers l’est dans le sud-ouest de l’océan Pacifique. Le 8 février 2022, en raison de la présence de l’anticyclone du Pacifique Sud associé au renforcement de la crête supérieure et causé par les méandres du jet stream, la dépression a changé de cap vers le sud avant de se renforcer le 9 février 2022 pour devenir le cyclone tropical Dovi” (Figure 8). Bien que Dovi se soit affaibli en dépression le 12 février 2022, il a contribué de manière significative aux précipitations record en Nouvelle-Zélande.

Figure 8. Trajectoire du cyclone tropical Dovi. Source : Bureau australien de météorologie.11

Conclusions

Les éruptions volcaniques Hunga Tonga Hunga Ha’apai de 2021-2022 ont eu un rôle naturel sous-estimé dans le changement climatique. Cette étude a montré que les précipitations record en Australie et en Nouvelle-Zélande en février 2022 après la grande éruption subaérienne du 15 janvier 2022, y compris le développement du cyclone tropical Dovi, étaient le résultat du passage au refroidissement atmosphérique déclenché par l’éruption subaérienne. Cette hypothèse est étayée par des enregistrements d’observation, y compris des données satellites.

Références

  1. Wong, A. and Yim, W. (2020). 2019-2020 South Pacific Blob and Antarctica warming in February 2020. Saltbush Club. https://saltbushclub.com/2020/04/28/south-pacific-blob/.
  2. Science on a sphere, NOAA. (2022). Hunga Tonga-Hunga Ha’apai 2022 Volcano Eruption. https://sos.noaa.gov/catalog/datasets/hunga-tonga-hunga-ha-apai-2022-volcano-eruption/.
  3. Kalnay, E., Kanamitsu, M., Kistler, R., Collins, W., Deaven, D., Gandin, L., Iredell, M., Saha, S., White, G., Woollen, J., Zhu, Y., Chelliah, M., Ebisuzaki, W., Higgins, W., Janowiak, J., Mo, K., Ropelewski, C., Wang, J., Leetmaa, A., Reynolds, R., Jenne, R. and Joseph, D. (1996). The NCEP/NCAR 40-year reanalysis project. Bulletin of the American Meteorological Society, 77, 437-470. NCEP-NCAR Reanalysis 1 data provided by the NOAA PSL, Boulder, Colorado, USA. https://psl.noaa.gov/.
  4. European Space Agency. (2020). EO Browser. https://apps.sentinel-hub.com/eo-browser/.
  5. National Aeronautics and Space Administration (NASA) and National Centre for Space Studies (CNES). (2006). Cloud-aerosol lidar and infrared pathfinder satellite observations (CALIPSO). https://www-calipso.larc.nasa.gov/.
  6. Support to Aviation Control Service. (2022). SO2 and ash near real-time data. https://sacs.aeronomie.be/nrt/.
  7. US National Weather Service. (2022). Global forecast system. https://earth.nullschool.net/.
  8. Wentz, F.J., Meissner, T., Gentemann, G., Hilburn, K.A. and Scott, J. (2014). Remote sensing systems GCOM-W1 AMSR2 weekly environmental suite on 0.25 deg grid, version 8.2. Remote Sensing Systems, Santa Rosa, CA. https://www.remss.com/missions/amsr/.
  9. NOAA Coral Reef Watch. (2018). Daily global 5 km satellite coral bleaching heat stress monitoring Version 3.1. https://coralreefwatch.noaa.gov/product/5km/.
  10. Jet Propulsion Laboratory Multi-Scale Ultra-High Resolution of the NASA Making Earth System Data Records for Use in Research Environments Project (JPL MUR MEaSUREs Project). (2015). GHRSST Level 4 MUR Global foundation sea surface temperature analysis. Ver. 4.1. PO. DAAC, CA, USA. https://doi.org/10.5067/GHGMR-4FJ04/.
  11. Australian Bureau of Meteorology. (2022). New South Wales in February 2022: Very wet end to the month for the Northern Rivers. http://www.bom.gov.au/climate/current/month/nsw/archive/202202.summary.shtml/.
  12. The Watchers. (2022). Flood disaster in Queensland and New South Wales after a year’s worth of rain, Australia. https://watchers.news/2022/02/28/flood-disaster-in-queensland-and-new-south-wales-after-a-year-s-worth-of-rain-australia/.
  13. The Watchers. (2022). Major floods as torrential rainfall continues falling over Queensland, Australia. https://watchers.news/2022/02/25/queensland-flood-australia-february-2022/.
  14. The Watchers. (2022). Tropical Cyclone ‘Dovi’ brings destructive winds to New Zealand after wreaking havoc across Vanuatu and New Caledonia. https://watchers.news/2022/02/13/tropical-cyclone-dovi-vanuatu-newcaledonia-newzealand-february-2022/.
  15. MetService. (2022). Masterton Airport wettest day 9am-9pm periods. https://twitter.com/MetService/status/1492604996302487552.
  16. Xie, P. and Arkin, P. (1997). Global precipitation: A 17-Year monthly analysis based on gauge observations, satellite estimates, and numerical model outputs. Bulletin of the American Meteorological Society, 78(11), pp.2539-2558. CMAP Precipitation data provided by the NOAA/OAR/ESRL PSL, Boulder, Colorado, USA. https://psl.noaa.gov/.

1.         Jim Simpsons :5 juillet 2022 à 1:21 am

Merci Alvin & Wyss pour cette analyse et ce rapport très perspicaces sur les extrêmes météorologiques ultérieurs générés dans l’océan Pacifique à la suite de l’éruption du volcan Hunga Tonga-Hunga Ha’apai.

Il semblerait que l’impact persiste avec encore plus de précipitations extrêmes (début juin 2022 et se poursuivant à l’heure actuelle) le long de la côte est de l’Australie avec des inondations majeures qui touchent maintenant une grande partie de la côte centrale de la Nouvelle-Galles du Sud, isolant pratiquement Sydney vers le sud et s’étendant au-delà jusqu’à l’Illawarra et la côte sud de la Nouvelle-Galles du Sud.

Mère nature à son meilleur, implacable et imprévisible. Mais il ne fait aucun doute que les ” alarmistes climatiques ” s’efforceront d’en faire plus en accusant ce minuscule gaz atmosphérique invisible, insipide et inodore qu’est le CO2, essentiel à la vie sur Terre !

Wyss Yim : 5 juillet 2022 à 10:46 am :  Merci Jim pour tes commentaires.  Note que l’éruption des Tonga est une nouvelle étude de cas sur les impacts naturels sous-estimés des éruptions volcaniques. Sauf que cette fois, l’éruption subaérienne du 15 janvier 2022 était un événement millénaire pendant le pic de l’été de l’hémisphère sud. Dans un moment comme celui-ci, des questions seront sûrement soulevées sur la véritable valeur des énergies renouvelables comme le solaire et l’éolien. Seront-elles capables de faire face au mauvais temps ?

Réponse  2.     Denis Ives : 5 juillet 2022 à 9:02 am

Un commentaire ailleurs par le Dr Christine Finlay-peut-être signalé

” Le nuage brun (un énorme nuage de pollution provenant de l’industrie lourde, des feux de bois pour cuisiner et se chauffer et de la combustion de déchets toxiques) en provenance d’Asie alimente le terrible déluge pluvieux qui frappe actuellement l’est de l’Australie (la Nina juin-juillet 2022). Renseigne-toi sur le sujet. C’est très complexe. Je joins deux documents expliquant comment la fumée modifie la météo et non l’inverse. Il faut effectivement des particules comme la fumée, la poussière ou la pollution pour que les nuages laissent tomber la pluie. Cependant, la pluie est retardée dans les nuages super saturés de particules, sauf si les particules sont extrêmement grosses. Les particules de carbone extrêmement grosses provenant de tempêtes de feu extrêmement intenses provoquent des tempêtes ou des tornades pendant que le feu brûle ou des jours plus tard, comme à Canberra 2003, la tornade Turramurra 2019-20 avec des grêlons, etc.”

Wyss Yim : 5 juillet 2022 à 6:50 pm Oui, je suis d’accord, la pollution est mauvaise. Cependant, il est difficile de voir comment ton énorme nuage brun a traversé l’hémisphère sud pour provoquer de fortes pluies dans certaines parties de l’est de l’Australie soutenues par des enregistrements d’observations avec le timing nécessaire.

3.         Brian R Catt : 6 juillet 2022 à 5:34 am

Existe-t-il des études sur les blob du côté des Galapagos au moment d’un El Niño ? Ce serait très intéressant pour déterminer le moteur possible de l’activité géothermique/volcanique d’El Nino, qui est l’un des facteurs naturels contribuant au réchauffement de l’océan dans la région à cette époque. Je suppose que les bouées devraient fournir des données à ce sujet………..

Wyss Yim:  6 juillet 2022 à 2:26 pm  Merci Brian pour ton commentaire.  Jette un coup d’œil à https://www.youtube.com/watch?v=jUvmhYCztME  . Cette présentation est basée sur une étude des enregistrements d’observation sur le long et fort ENSO de 2014-2016. Les coulées de lave chaude entrant dans la mer depuis le volcan Wolf aux Galápagos le 25 mai 2015 ont exacerbé l’événement. Un article intitulé ” La chaleur géothermique : une source de chaleur épisodique dans les océans ” se trouve dans le numéro du printemps 2017 d’Imperial Engineer.

4.         Alvin Wong : 8 juillet 2022 à 10:20 pm

Une recherche de l’Université du Massachusetts Lowell a révélé que l’éruption tongienne a libéré dans l’atmosphère un panache de vapeur d’eau, de cendres, de terre et de fumée qui a affecté la Terre et sera utile pour améliorer les modèles météorologiques et climatiques.

Université de Massachusetts Lowell. “L’éruption d’un volcan aidera les scientifiques à tracer le temps et le climat.” ScienceDaily. ScienceDaily, 6 juillet 2022. .

5.         Dick Reaney : 3 octobre 2022 à 4:32 am

Combien de CO2 le volcan tongien a-t-il émis depuis l’éruption du 14 janvier 2022 ?

Wyss Yim : 3 octobre 2022 à 3:56 pm  Selon les chercheurs qui mesurent le dioxyde de carbone , une croissance de 2 parties par million (ppm), passant de 412 ppm à 414 ppm, ce qui équivaut à une année normale.

Partager

4 réflexions au sujet de « L’éruption volcanique de Tonga et les précipitations record dans l’est de l’Australie et de la Nouvelle-Zélande »

  1. Avec ses fortes pluies en Australie, pour le bien-être des australiens et pour le nôtre le thème des incendies en Australie. si cher aux alarmistes climatiques devrait être absent pour un bon bout de temps.

  2. Ces deux dernières années, les agriculteurs et éleveurs australiens ont battu des records dans différents domaines de production. Ces années de pluie sont globalement divines et ont bien rechargé les nappes comme les retenues.

  3. Et comme d’habitude, dans un réflexe pavlovien auquel nous sommes accoutumés, les experts autoproclamés du climat ont immédiatement attribué au réchauffement climatique les inondations catastrophiques en Australie, en réalité causées par un phénomène qui n’a en réalité strictement AUCUN lien avec ledit réchauffement.
    Mais en leur temps notre ex-président Hollande et la ministre de l’Environnement (!!!) Mme C.Lepage n’ont-ils pas inclus les séismes dans la liste des calamités causées par le Global Warming ?

  4. La dernière phrase de l’article me laisse songeur puisqu’elle nous dit que cette explosion volcanique à elle seule a suffi à augmenter le taux de CO2 de la planète d’une quantité égale à celle dogmatiquement attribuée par le GIEC aux activités humaines chaque année.
    Sachant que le nombre de volcans sous-marins serait selon certaines estimations 100 fois plus élevé que celui des volcans subaériens, on pourrait penser que si un seul volcan suffit à émettre une telle quantité de CO2, qu’en est-il alors des émissions de CO2, très mal surveillées et encore moins quantifiées, de ces milliers de volcans sous marins?
    Je crains que la réponse suffise à réduire à très peu de choses la contribution anthropique au CO2 atmosphérique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

captcha