Le tournant environnemental de Radio France

Rémy Prud’homme, professeur des universités (émérite).

Radio France publie dans le Journal du Dimanche (et peut-être également ailleurs) une pleine page intitulée « Radio France engage un tournant environnemental » qui mérite attention. A écouter France info et France inter, on avait l’impression que sur les questions environnementales les radios d’Etat étaient très engagées, très militantes : à fond anti-nucléaires ; à genoux devant de grands scientifiques comme Greta Thumberg ou Nicolas Hulot ; admirateurs éperdus de l’Energiewende allemande ; pleurnichant sur la prétendue disparition des ours polaires ; outrageusement favorables à la multiplication par trois ou quatre des éoliennes en France ; etc. – et ne donnant la parole qu’aux militants de ces nobles causes. Sur tous ces points, les radios d’Etat se faisaient d’ailleurs les porte-paroles des gouvernements français, avec même parfois quelques excès de zèle. Le gouvernement français a récemment un peu évolué sur ces thèmes. En lisant le titre de ce manifeste, on a naïvement pu croire un instant que le « tournant » proclamé par Radio France allait se traduire par plus d’impartialité et moins de propagande. Erreur complète. Sa lecture attentive annonce au contraire encore moins d’impartialité et encore plus de propagande.

On se souvient de Philippe Verdier, météorologue à France Télévision, licencié pour avoir publié sur le climat un livre qui n’était pas dans la ligne. Il s’agissait de la télévision d’Etat, pas de la radio d’Etat. Celle-ci a donc un peu de retard. Elle va le rattraper, en mettant les bouchées doubles.

Notons en passant que le texte de l’annonce ne correspond pas du tout à son titre. Le titre cite l’« environnement » ; le texte parle uniquement du climat. Les journalistes de Radio France suivent là l’exemple de nos gouvernements. Il n’y a plus, depuis longtemps, de ministère de l’environnement en France. Il y a un ministère (et même plusieurs ministres) de la Transition énergétique. C’est plus chic. Mais l’essentiel n’est pas là. Il est dans le totalitarisme rampant du « tournant ». On y trouve explicitement trois ingrédients caractéristiques des religions et des totalitarismes : le dogme, l’endoctrinement, et la censure.

Le dogme d’abord. La « crise climatique » doit être « résolument sortie du champ du débat » (Ah, qu’en termes choisis, ces choses-là sont dites !). Son origine humaine est un « fait scientifique établi », qui ne se discute pas. Ceux qui se posent des questions sont des hérétiques, bons pour le bûcher. Cette attitude est totalement anti-scientifique, puisque le moteur de la science, c’est le doute et le débat. Paradoxe amusant, cette anti-science est vendue au nom de la science. Les religions sont plus cohérentes : leurs dogmes ne se cachent pas derrière la science, mais se fondent sur la transcendance. A Radio France, la crise climatique sera donc sortie du champ du débat, mais en même temps elle sera « un axe éditorial majeur ». Il y aura de plus en plus de journalistes pour en parler, mais ils devront tous dire la même chose.

L’endoctrinement ensuite. Il ne suffit pas d’avoir un dogme, un catéchisme, encore faut-il le faire rentrer dans la caboche et le cœur de tous (et toutes) les journalistes. Radio France annonce à cet effet un « grand plan de formation (sic) sur les questions climatiques ». Pour entrer à Radio France, et y faire carrière, il ne suffira pas d’être compétent dans son domaine, encore faudra-t-il être ferré en climatologie officielle. Dans toutes les universités des pays communistes, les cours de marxisme-léninisme (autre science sortie du champ du débat) étaient obligatoires, même pour les étudiants de mathématiques ou de musique ; et de bonnes notes en marxisme-léninisme étaient un accélérateur de carrière.

La censure enfin. Radio France s’engage à « exclure progressivement la publicité des produits et services les plus polluants ». Elle va donc créer, avec tous les spécialistes de sa science climatique, un service qui examinera et appréciera ce qui peut ou non être présenté aux auditeurs. Sous d’autre cieux, en d’autres temps, on appelait cela la censure. En contre-partie Radio France « élargira le nombre d’espaces publicitaires offerts aux organisations engagées dans la transition [énergétique] ». La propagande est en effet le complément naturel de la censure. Pour un croyant, il faut évidemment punir le péché et récompenser la vertu.

Comme chacun sait, ce joli programme est financé par les contribuables français, à hauteur de 600 millions d’euros par an.

Partager

25 réflexions au sujet de « Le tournant environnemental de Radio France »

  1. Bravo pour cet article ; je suis de plus en plus angoissé par le tournant politique de nos dirigeants et personne ne proteste ; peut-être que la solution viendra via l’inflation , l’augmentation du coup de la vie et l’écroulement économique de la France , en espérant que le peuple réagira

    • Je suis à peu près dans le même état d’esprit que vous.
      Les très sérieuses difficultés économiques, sociales, énergétiques et financières majeures que la France, l’Europe, voire même la planète entière vont devoir affronter dans les mois qui viennent devraient à mon sens réduire la question climatique à un niveau purement académique.
      Demander à des ventres creux de se serrer un peu plus la ceinture à cause du changement climatique va devenir un exercice particulierement périlleux.

  2. Le regretté Jacques Duran écrivait, en introduction de son site “Pensée unique pour les scientifiques” : “En matière de sciences, le scepticisme est un devoir.” Saluons au passage le courage de Philippe Verdier.
    Le matraquage quotidien des infos climatiques alarmistes dépasse l’entendement. Y a-t-il eu, dans l’histoire des médias, un sujet qui a été plus traité ?
    Espérons qu’un refroidissement notable fera taire tous ces charlatans qui spéculent. J’en doute, parce que même au milieu d’un hiver rigoureux, comme les USA en vivent ces dernières années, ils y aura toujours la même réponse : “Si ça se refroidit, c’est à cause du “changement” climatique. Un mot fourre-tout qui leur permet de se sortir de tous les caprices climatiques qui agitent la Terre depuis sa création !

  3. Que nous soyons convaincus des causes anthropiques du réchauffement, ou pas, ou simplement dubitatif, un minimum de réflexion, de prise en compte des valeurs en jeu permet de comprendre que nous n’y pourrons rien. La France contribue annuellement à environ 400 millions de tonnes de co2, vs les 40 milliards de tonnes rejetés chaque année par les activités humaines. (Les chinois en produisent 10 milliards à eux seuls). Alors à quoi bon assurer ce lavage de cerveau intensif en France, toute la presse et pas seulement le service public se livre à ce qui ressemble de plus en plus à de la propagande. Deux pistes, a) le gouvernement est bien heureux de déplacer l’attention sur ce sujet ce qui permet de de faire passer au second plan des problèmes dont il est directement responsable. b) les taxes vertes (il y en a une quarantaine) rapportent à l’état une soixantaine de milliards par an. Cet été caniculaire a permis de « réactiver » les peurs millénaristes de nos concitoyens. Le gouvernement ne va pas en rester là, E Borne a placé la lutte contre le réchauffement climatique dans ses priorités, tout ceci va nous coûter cher.

    • La France, moins de 1/100e de la population mondiale, déjà empêtrée dans des difficultés quasi insurmontables dans de nombreux secteurs, se targue aux yeux de ses citoyens et du monde entier de sa prétention à sauver la planète de l’apocalypse thermique en décarbonant son énergie alors qu’on a calculé que si elle disparaissait avec tous ses citoyens du jour au lendemain, plus un seul gramme d’émission de CO2 depuis son territoire, AUCUN thermomètre aussi sensible soit-il ne pourrait le déceler dans l’évolution des températures globales.
      C’est un peu comme la fable de la grenouille qui veut se faire plus grosse que le boeuf. Et l’on sait comment elle se termine: Très MAL !

  4. J’ai écrit récemment à la médiatrice de radio France.
    Voilà sa réponse et en dessous mon message initial
    Sa réponse de “médiatrice” est pour le moins succincte…

    Cher auditeur,

    Nous avons bien reçu votre message. Nous l’avons transmis à la direction de Radio France ainsi qu’aux journalistes concernés.
    Bien cordialement,

    L’équipe de la médiatrice

    Contactez-nous sur le site de la médiatrice : mediatrice.radiofrance.fr dans la rubrique «s’adresser à la médiatrice »
    Pour les questions techniques, veuillez vous adresser à Athéna, notre assistant conversationnel, dans la fenêtre en bas à droite de notre site.

    ✉ S’abonner à la Lettre de la médiatrice
    Twitter @mediatriceRF
    Instagram @mediatriceradiofrance
    Facebook Médiatrice des antennes

    Bonjour Madame la médiatrice,

    on entend de façon automatique sur l’ antenne de France-info :
    « les sécheresses qui vont augmenter avec le réchauffement climatique »
    Cette affirmation maintes fois répétée est peut-être instinctive mais elle est totalement fausse physiquement.
    Le réchauffement climatique s’accompagne d’une accélération du cycle de l’eau : davantage d’évaporation sur les océans, plus de précipitations sur les terres.
    Une sécheresse résulte au contraire d’un manque de précipitations depuis plusieurs mois. Elle est donc théoriquement plutôt la conséquence d’un refroidissement.
    Concernant la sécheresse de cet été en France, c’est plus complexe car il n’y a pas encore de refroidissement global, bien que la température de la planète soit stable depuis 2016, et même en légère baisse. L’écart de température terres-océans par rapport à la moyenne 1910-2000 est passé de 1,05°C en 2016 à 0,87°C en 2022 (au passage il n’y a plus « d’urgence climatique », expression que l’on entend aussi répétée à l’envi…) . Voir la NOAA, administration US :

    Le climat en un coup d’œil | Centres nationaux d’information environnementale (NCEI) (noaa.gov)
    https://www.ncei.noaa.gov/access/monitoring/climate-at-a-glance/global/time-series/globe/land_ocean/12/7/2016-2022?trend=true&trend_base=10&begtrendyear=2016&endtrendyear=2022

    Les faibles précipitations de ces derniers mois viennent surtout d’une faible activité solaire, principal paramètre dans l’évaporation des océans. En effet nous venons de traverser un minimum solaire qui s’inscrit entre le cycle 24 et le cycle 25, et même si la remontée d’activité du cycle 25 semble rapide, elle reste faible en valeur absolue comparée aux cycles 21 22 23. On peut comparer en déplaçant le curseur sur les années situées sous le graphique, voir ci-dessous :

    | de progression du cycle solaire NOAA / NWS Centre de prévision de la météorologie spatiale
    https://www.swpc.noaa.gov/products/solar-cycle-progression

    Je me permets donc de contester des phrases répétitives toutes faites telles que « l’urgence climatique », c’est un peu plus subtile que ça de nos jours, ou « les sécheresses conséquences du réchauffement climatique », c’est sans rapport.
    Est-il possible que les journalistes scientifiques de vos antennes soient un peu plus prudents et précis dans leurs affirmations ?
    Plus généralement sur les questions climatiques il convient d’être attentif aux paramètres qui président aux changements. En particulier est vrai que nous sommes parvenus à bien modéliser l’effet de serre, citons par exemple le CEA/DRF/LSCE, sauf que l’effet de serre n’est pas le seul paramètre. Bien au contraire il est très marginal dans les paramètres qui influent sur le climat, loin derrière la position de la Terre par rapport au soleil et l’activité solaire cyclique.
    A votre disposition
    FB
    ingénieur retraité

    • Bonsoir,
      Je partage votre avis car j’ai souvent écrit à différents journaux pour donner mon modeste point de vue (je suis journaliste), fruit de recherches auprès de scientifiques honnêtes et non soumis aux directives étatiques (en l’occurrence le Giec qui est financé par les Etats).
      Quand on a daigné me répondre, c’était une missive du genre que vous avez reçue… Untel n’est jamais concerné et s’en remet à des personnes plus “compétentes” qui elles, ne répondent jamais.
      C’est presqu’un aveu.
      Un : je pense qu’il y en a qui sont sincères et croient au RCA car ils ne vont pas chercher les infos ailleurs que dans une sphère limitée.
      Deux : d’autres mentent effrontément par intérêts.

  5. Une question : est-ce que les journalistes et hommes politiques occidentaux proposent quelque chose de plus crédible, de plus rationnel, que l’intégrisme religieux qu’ils prétendent combattre chez d’autres ? Nous prétendons être un peuple éveillé, apte a “déradicaliser” ceux qui ont une culture moins avancée… vraiment ?

    Page web de Radio France sur la diversité et l’égalité : https://www.radiofrance.com/diversite-et-egalite

    “Objectif : refléter toujours au mieux la société dans toute sa diversité, conformément à sa mission de service public.
    Cette ambition se traduit par une politique volontariste de lutte contre toutes les discriminations et de promotion d’une diversité respectueuse des différences, mise en œuvre dans toutes ses actions en interne et en externe et portée par l’ensemble des collaborateurs de Radio France”.

    Respectueuse des différences à condition d’être sur la même ligne politique (religieuse ?), sinon la censure fera loi.

    Cela me rappelle Henry Ford: “Le client peut choisir la couleur de sa voiture, pourvu que ce soit noir”.

  6. Pour ceux à qui cela aurait échappé, le monde journalistique vient de pondre une charte qu’il est intéressant de lire. L’encadrement des consciences est en marche. Les ”décodeurs” du Monde ont fait des petits qui ressemblent à un monstre.
    https://chartejournalismeecologie.files.wordpress.com/2022/09/charte_journalisme_ecologique_14092022.pdf
    En ce qui me concerne, fini les abonnements. Qu’ils se dém…. dans leur bauge.

    • C’est sans doute grâce à ces consignes que l’on peut lire des articles relevant plutôt du militantisme.

      Exemple relevé dans un grand quotidien régional belge : on donne le nombre de décès dus aux canicules en 2100 (en Belgique, un organisme a fait une estimation de 972 / an) mais pas l’estimation de vies épargnées grâce aux hivers plus doux (1200 / an selon le même organisme). Bien entendu, l’article ne précise pas non plus que l’hypothèse de travail est une augmentation de 5.2°C en 2100, soit celle qui est actuellement la moins probable.

      Depuis lors, je ne lis plus les articles portant cette signature.

  7. 5 degrés de réchauffement en Belgique en 2100, soit des canicules de 50 degrés ou plus, et seulement 900 morts par an ? On aimerait connaître les détails du calcul…

  8. Et bien on se demande quelle proportion cela va prendre quand ils seront arrivés au bout de leur tournant environnemental car déjà actuellement le matraquage est pour le moins actif…
    Depuis deux mois je me livre à un petit jeu : en allumant le matin vers 6h30 ou 7h France Inter ou France Info, je chronomètre le temps qui s’écoule avant que soit évoquée la notion de réchauffement/urgence/crise/dérèglement climatique….
    Le résultat est sans appel, toujours entre dix secondes et trois minutes…. Jamais plus sauf le jour du décès de la reine d’Angleterre…
    Faites le test, vous verrez, c’est assez édifiant.
    Et ensuite ils font des émissions sur l’anxiété climatique…

  9. Dans cette interview sur france5, Jancovici reproche aux journalistes d’avoir invité des climato-sceptiques. https://www.youtube.com/watch?v=3UAOmMgl17s
    “Mais à partir du moment où vous ne les invitez pas, ils n’existent pas ces gens-là !” dit-il fièrement à 1’38
    Les journalistes ne bronchent pas et courbent l’échine. Ils ont honte d’avoir invité des hérétiques par le passé.
    En effet, on entre dans une nouvelle ère fasciste autour du climat.
    Amitiés Dominique

  10. Oui, dans ce domaine comme dans bien d’autres (mondialisation et UE) la sphère politico-intello-médiatique (P.I.M.) a une attitude qui confine à la passion… la partialité?… au sectarisme?… dirions au fanatisme? … !
    En réalité en matière de réchauffement climatique, de météorologie (et comme pour la mondialisation et UE) la sphère P.IM. se replie sur elle-même. Elle s’enferme. Elle se mure.
    En somme la sphère P.I.M. est semblable à une ‘bastille’.
    Disons-le : la sphère P.I.M. est devenue une ‘Bastille’.
    Peut-être (sans doute) devrait-elle prendre garde puisque : ”S’il existe encore des bastilles qu’elles s’apprêtent de bon gré à ouvrir leurs portes… Car, quand la lutte s’engage entre le Peuple et la Bastille, c’est toujours la Bastille qui finit par avoir tort”. De Gaulle- France Libre 14/7/1943 (Discours et Message- Plon).
    CASTELIN Michel.

  11. Effectivement pendant la pandémie le climat e été mis en veilleuse, mais avec la fin de la pandémie, une nouvelle rage médiatique sur le climat, sans précédent déferle dans le monde. Tout est mélangé les sécheresses, les inondations, les pandémies, l’avenir de la jeunesse, l’avenir de la planète; et tout ceci est dû au réchauffement, dérèglement, crise, effondrement et d’autres termes à venir auquel on rajoute climatique. Et les solutions proposées (nous sommes en élection provinciale) pas de barrage Hydroélectrique (C’est pourtant grâce à cela que nous ne manquons pas d’électricité en hiver et produisons peu des Fameux GES (au lieu de dire du CO2) mais plus d’éolienne, plus de panneaux solaires et de l’hydrogène vert. Seulement un parti a des solutions raisonnables pour le climat mais aucune chance de former le gouvernement. ET à l’autre extrême quelqu’un qui veut faire du Québec la place la plus verte du monde, nous sommes déjà la province la plus verte du Canada, y-a-t-il urgence à ce point-là. Je ne sais pas si c’est typique des pays francophones mais par les propos lus sur ce site et sur ceux de mon coin de pays se ressemble.

    Mais je me demande si cette hausse du catastrophisme climatique dans les médias, ne coïncide pas avec la peur d’un éventuel refroidissement climatique avant la baisse du CO2 anthropique, ce qui ruinerait la cause climatique. Alors que redoubler la vitesse de la transition énergétique, avec la peur aux trousses, peut-être qu’une baisse visible de CO2 ainsi engendrer permettra à tous les défenseurs du climat d’afficher un air triomphant avec une baisse des températures terrestres. Il doit bien y avoir une intelligentsia dans l’église du Climat, qui doit y avoir pensé ou bien tout est aléatoire.

  12. Bonjour à tous,
    Les médias parlent en boucle de crise climatique, de réchauffement climatique, de dérèglement climatique, qui ne sont que des formules bien maladroites, et qui ne veulent rien dire à l’échelle de l’histoire de notre planète. En effet le climat n’a jamais été une constante, de tout temps il a montré beaucoup d’irrégularité et à ma connaissance il n’est pas régulé avec un thermostat, ni d’ailleurs le soleil… Dans les années 1970, le physicien Jean Jouzel annonçait doctement, dans tous les médias, qui reprenaient en boucle ce discours, que nous étions rentrés dans une nouvelle phase glaciaire. Par ailleurs, la presse, déjà sous l’emprise d’environnementalistes, en rajoutait et mettait en cause les essais atomiques…
    Dans leurs équations, le GIEC ne prend pas en compte l’activité solaire qui est variable, la distance Terre-Soleil et l’inclinaison de la Terre qui sont fluctuantes. Plus nous sommes proches du soleil plus la température s’élève. Plus la Terre est inclinée moins il fait chaud en raison de la dispersion de l’énergie solaire et autres facteurs astronomiques…

    En 1994, le GIEC (groupe d’experts intergouvernemental sur le climat) voit le jour et parle de réchauffement de la planète et nous annonce l’apocalypse avant 2100. En 1994, virage à 180° de Jean Jouzel, qui intègre le GIEC. Il en prendra la présidence après quelques temps. Le CO2 est désigné comme le grand coupable du réchauffement. Ce n’est pas glorieux de s’en prendre au plus faible. Le taux de CO2 dans l’atmosphère varie actuellement autour de 400 ppm, c-à-d 400 particules par million. Comment à cette dose homéopathique peut-il avoir l’influence qu’on lui prête ? Sur certains sites, innocemment, on peut vous avancer des chiffres bien supérieurs, ce qui n’est pas anormal, lorsque le relevé émane d’une station météorologique située à Hawaï à proximité d’un volcan, ou proche d’un site industriel, comme c’est parfois le cas.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

captcha